Trois mois après la signature du protocole Ségur rien n’a changé. Les établissements de santé manquent toujours de personnels, de lits, de matériel…

Les 183 Euros d’augmentation ne suffiront pas à taire notre colère. Cette augmentation n’est même pas le rattrapage de la perte de salaire que nous subissons depuis 10 ans avec le gel du point d’indice. De plus, le décret écarte nos collègues des secteurs social et médico-social de cette hausse de salaire.

Nous sommes loin du compte : nous demandons 300 Euros d’augmentation par mois, la création de 400 000 postes et l’ouverture de lits.

L’accord Ségur comporte tout un volet de déréglementations concernant les 35 H, le repos journalier, le travail du dimanche …

La première vague a mis en évidence que la prise en charge décalée des patients entraîne des retards de diagnostics, des interventions repoussées, parfois allant jusqu’à l’irréparable. Malgré cela le gouvernement poursuit les fermetures de lits et de service.

L’accord prévoit la création de 15000 Postes alors qu’il faudrait créer 400 000 Postes, le compte n’y est pas !

A l’heure actuelle aucune ouverture de lits n’est prévue malgré une situation sanitaire affligeante pendant cette pandémie.

Notre système de soin est à bout de souffle depuis de nombreuses années !

Le 15 octobre 2020 montrons à nouveau notre détermination, maintenons la pression sur le gouvernement car le compte n’y est pas !

Faisons résonner nos revendications : Emplois, capacité d’accueil et salaire.

Tous en grève le 15 octobre 2020 !

A Rennes , rassemblement à 11h30 Esplanade Charles de Gaulle

Pour l’Union Santé Départementale CGT 35 et SUD solidaire Santé sociaux 35


Article publié le 10 Oct 2020 sur Rennes-info.org