Septembre 20, 2021
Par Cerveaux Non Disponibles
228 visites


Depuis 10 semaines, des centaines de milliers de personnes dĂ©filent dans les rues de petites, moyennes et grandes villes françaises, pour refuser le pass sanitaire. MalgrĂ© l’ampleur de la mobilisation, le pouvoir n’est pas prĂȘt de flĂ©chir.

Il fut un temps, pas si lointain, oĂč des mobilisations sociales importantes pouvaient annuler des rĂ©formes impopulaires. Mais depuis plusieurs annĂ©es, le pouvoir ne cesse de rappeler que “ce n’est pas la rue qui gouverne”. LancĂ©e par Raffarin en 2003, cette maxime a depuis Ă©tĂ© reprise par Sarkozy en 2012 (La rue n’a jamais fait la loi) puis Valls en 2016 (La dĂ©mocratie, ce n’est pas la rue).

Macron est sans aucun doute le prĂ©sident qui aura appliquĂ©e cette maxime de façon radicale. En quatre ans, le prĂ©sident de la Startup Nation a connu au moins six mouvements sociaux d’ampleur exceptionnelle (dĂ©tail en fin d’article). Sans jamais changer sa politique.

Dans l’histoire française, la prise en compte des revendications sociales fait partie des Ă©lĂ©ments de la dĂ©mocratie. Il ne s’agissait pas d’élire, puis de laisser un pouvoir faire ce qu’il voulait pendant 5 ou 7 ans. Manifester faisait partie des outils d’expression
 et de pression.

Mais le pouvoir a rapidement compris qu’il avait tout intĂ©rĂȘt Ă  ignorer la colĂšre populaire. Que s’il restait inflexible, semaine aprĂšs semaine, mois aprĂšs mois, la mobilisation faiblirait forcĂ©ment. Et le mouvement s’estomperait “naturellement”. Qu’importe le mouvement, son ampleur et sa popularitĂ©

Face Ă  cela, la pression et le rapport de force pouvait venir d’une mobilisation offensive, mettant le pouvoir devant une situation qui l’oblige Ă  “rĂ©agir”. Ce n’est pas un hasard si le seul petit “pas” que Macron a fait en 4 ans fut au moment de la sĂ©quence la plus insurrectionnelle des GJ. Ce ne fut pourtant pas le moment oĂč le plus de Français furent dans la rue (il y a eu plus de monde contre la rĂ©forme des retraites par exemple).

Mais pour annihiler toute nouvelle possibilitĂ© de rapport de force compliquĂ© pour le pouvoir, Macron a choisi de militariser le “maintien de l’ordre” des manifestations. Les manifs sensibles pour le pouvoir sont ainsi devenues de vĂ©ritables nasses mobiles, oĂč les manifestants sont totalement encerclĂ©s de milliers de policiers/gendarmes. Aucun autre pays au monde n’offre un tel spectacle, vĂ©ritable simulacre de dĂ©mocratie. Une prison Ă  ciel ouvert pour “manifester ses droits”.

RĂ©sultat ? Il n’est plus possible de peser sur les dĂ©cisions du pouvoir en mobilisant massivement. Puisque le pouvoir s’en fout. Et sait que s’il ne rĂ©agit pas, le mouvement finira par s’essouffler. Et il n’est plus possible de peser en mettant le pouvoir en difficultĂ© dans la rue puisque chaque manif dĂ©clarĂ©e est une nasse. Et que tout appel non dĂ©clarĂ© est violemment rĂ©primĂ© : arrestations, charges, amendes, GAV, LBD, lacrymo, BRAV M


Face Ă  ce constat d’échec, nous n’avons clairement pas de solution miracle. Mais reconnaitre l’impasse des manifs dĂ©clarĂ©es permettrait dĂ©jĂ  de tenter de construire diffĂ©remment les mobilisations futures.

Qui parmi ceux qui sont descendus dans la rue depuis 10 semaines contre le pass sanitaire pense encore que continuer ces manifs peut inflĂ©chir la position de Macron ? Qui, pense que les rĂ©formes ultra libĂ©rales et sĂ©curitaires du pouvoir peuvent ĂȘtre stoppĂ©es par des mobilisations futures ?

Pour ceux qui veulent lutter contre ce monde et qui ne se voilent plus les yeux sur cette impasse, il n’y a pas d’autre choix que de prendre acte de la situation et de concevoir des parades. Pour crĂ©er un nouveau rapport de force qui mette rĂ©ellement le pouvoir en difficultĂ©. Que ce soit de façon symbolique ou non.

***MACRON. 4 ANS DE DÉNI****

– Fin 2018 : les Gilets Jaunes Ă©videmment, avec plus de 400 000 manifestants sur les premiers actes. Des dizaines d’actes, pendant prĂšs de deux ans et 40 000 rassemblements ! C’est Ă©norme et du jamais vu.

– 16 mars 2019 : 350 000 personnes dans les rues pour la Marche pour le Climat

– 05 dĂ©cembre 2019 : prĂšs d’un million de personnes contre la RĂ©forme des retraites, avec de nombreuses autres manifs massives les semaines suivantes

– 13 juin 2020 : 30 à 50 000 personnes rien qu’à Paris contre les violences policiùres et le racisme.

– 28 novembre 2020 : PrĂšs de 500 000 personne dans toute la france contre la loi SĂ©curitĂ© Globale, avec de nombreuses autres manifs massives les semaines suivantes.

– 07 aout 2021 : Plus de 500 000 personnes dans toute la France contre le pass Sanitaire. Plus de 10 samedis consĂ©cutifs de mobilisation avec plus de 100 000 personnes dans les rues.




Source: Cerveauxnondisponibles.net