Juillet 6, 2022
Par Demain Le Grand Soir
160 visites

« La guerre est terminée. Burgos, 1er avril 1939, année de la victoire. » Les troupes nationales avaient atteint leurs derniers objectifs militaires. Aux Canaries, pendant ce temps, cela faisait deux ans et demi que les révoltés avaient pris le contrôle de la situation. C’est pendant cette période que les îles, territoire d’arrière-garde matériel et humain pour le front péninsulaire, ont été exécutées les tâches répressives les plus dures, notamment entre les derniers mois de 1936 et les premiers mois de 1937. L’historien Salvador González Vázquez estime que près de 900 personnes ont pu être portées disparues dans les îles pendant ces mois. Outre ces deux provinces, il faudrait tenir compte de l’exécution de 123 hommes dans les deux provinces pendant la guerre. Ils étaient des personnes liées aux organisations politiques et syndicales (socialistes, anarchistes et communistes essentiellement) qui, pendant la Deuxième République, avaient mené des combats et des grèves dans tous les secteurs économiques comme jamais auparavant C’est arrivé aux Canaries. Ils représentaient une menace pour le pouvoir hégémonique des groupes dirigeants canariens, en particulier pour les propriétaires agricoles et les négociants et exportateurs de fruits.

De plus, c’est alors, après les premiers mois de la guerre, que les détenus ont commencé à être envoyés dans des prisons comme celles qui étaient habilitées à l’entrepôt de la compagnie fruitière britannique Fyffes à Tenerife et au camp de concentration de Gando à Gr ande Canarie. Sans oublier que les représentants populaires des institutions avaient été destitués par l’article 5 du camp de guerre ; bon nombre d’entre eux ont également été arrêtés et portés disparus.

La répression a été exécutée, soutenue et/ou tolérée par des militaires, des gardes civils, des phalangistes, des militants de l’action Citoyenne et aussi par des individus qui collaboraient avec ces organisations dans la fourniture d’informations et de délation. Il a permis de réaliser la propreté sociale ordonnée par le nouveau régime comme condition indispensable à une rééducation et à la réorganisation de la société, mais aussi, la répression a agi en renforçant une certaine cohésion sociale entre les vainqueurs, car la Ma s’insérait dans sa croisade pour ramener l’ordre en Espagne. Les relations sociales ainsi que les attitudes vis-à-vis du politique et du social se sont transformées. La vie en général a changé.

Mais la répression n’était pas exclusivement physique. C’était aussi économique, social, professionnel, culturel, moral. Il s’est manifesté de diverses manières et ne manquerait pas d’être présent pendant les années qui ont suivi la fin de la guerre civile. Pendant l’après-guerre, le recours à la violence, maintenant depuis l’appareil d’État dans les îles, a continué à jouer un rôle clé, comme en témoignent les arrestations et le démantèlement de l’organisation communiste canarienne en 1947. Les arrestations, la surveillance permanente, les fouilles, les tabassages, etc étaient courants dans les années suivantes, ce qui est noté dans les documents de la Direction générale de la sécurité.

La guerre prendrait longtemps à se terminer. C’était le quotidien de milliers de prisonniers pendant ces années de faim et de pénurie, en prison ou au retour de chez eux. Le rejet de ses convenants, l’impossibilité de trouver un travail. Le besoin de quitter les îles et d’émigrer en Amérique. La guerre était plus que le front de bataille et la répression, la clé sur laquelle la dictature aux Canaries a été initialement fondée.

Aarón León Álvarez (Doctor en histoire ).




Source: Demainlegrandsoir.org