En réponse à l’article :

La « race » à coup de poing américain
https://lille.indymedia.org/spip.ph…

l’article est tellement caricatural et provocateur qu’il est impossible de le laisser sans réponse. Surtout au moment où Mille Bâbord commence à se rendre compte qu’ils pourraient avoir été manipulés par les organisateurs de ce « procès » et donne la parole aux racisé-e-s. Voir :
http://www.millebabords.org/spip.ph…

L’auteur de ce pamphlet n’a pas besoin de préciser que c’est son « ressenti subjectif », la subjectivité ne laisse aucun doute tellement elle est évidente dans la façon de parler des racisé-e-s :

« les thèses et le vocabulaire raciste de ces derniers, avec une certaine tolérance (au moins…) pour l’homophobie, l’antisémitisme, la religion et le principe communautaire du « on lave le linge sale en famille ». »

« la racialisation des questions sociales »

« depuis le suicide de l’auteur de Mein Kampf dans son Bunker » [sic]

« à la fois avec les palestiniens et avec les israéliens qui chacun de leur coté… »

« idéologies coloniales, communautaires, racialistes, nationalistes et parfois racistes »

« il est hors de question pour moi de côtoyer des individus qui célèbrent les bienfaits des Dieux et des maîtres »

« adeptes radicaux des milieux post-modernes décomposés »

« poissons charognards des abysses »

« slogans décérébrés »

« Comment ne pas penser à l’extrême droite ? »

« Ce soir, à la gauche de Soral et Dieudonné, j’appelle la bande à décompos tendance staliniens de souche… »

« nervis zélés que le PIR n’a certainement pas eu besoin d’engager »

« le pire produit du racisme et de la tradition inquisitoriale du stalinisme tardif à la française »

Etc., etc., etc…

On voit tout le crédit qu’on peut porter à cet individu qui s’écoute parler et à sa description des événements de Mille Bâbords. C’est tellement caricatural que personne ne peut y croire une seconde. C’est juste un exercice littéraire malheureusement en contradiction avec le récit qu’en font d’autres témoins :

https://lille.indymedia.org/spip.ph…

https://lille.indymedia.org/spip.ph…

Voir aussi sur Marseille Infos Autonomes :

« En ce qui concerne le collectif MIA, nous pensons que les débats sur le racisme et l’antiracisme aujourd’hui sont importants et nécessaires, car ils traversent l’ensemble de la société, des villes où nous habitons, les collectifs dans lesquels nous nous organisons, et jusqu’à nos amitiés. Cependant, nous pensons aussi que les termes sous lesquels ces débats sont posés actuellement sont malsains et caricaturaux. Les « événements » de Mille Bâbords en sont en quelque sorte l’incarnation et illustrent l’impasse actuelle.

Si les positions au sein de notre collectif sont divergentes et variées sur le fond de la discussion, sans toutefois être figées, car nous nous nourrissons de nos désaccords (parfois profonds) et de nos évolutions, nous sommes toutefois d’accord sur le fait que nous ne nous alignons ni sur l’une des positions exprimées vendredi soir, ni sur l’autre.

Privilégier l’altérité à l’hégémonie, la complexité à l’idéologie et une certaine forme d’empathie au mépris permettrait peut-être de reporter le débat sur un terrain plus sain sur lequel avoir l’intelligence collective, les discussions et l’engagement nécessaires pour en finir avec le racisme qui, entre autres choses, gangrène l’ensemble du monde dans lequel nous vivons et évoluons… »

https://mars-infos.org/a-propos-de-…

La présentation du fameux « débat » n’était pas autre chose qu’une provocation qui s’ajoutait à une offensive généralisée dans certains milieux se prétendant « libertaires » qui appellent « racialistes » tous les antiracistes non-blancs et qui mettent des guillemets à « islamophobie » pour bien signifier qu’ils ont le droit se revendiquer islamophobes sans qu’on puisse les accuser de racisme.

En ce qui concerne le terme même de « racialisme », il leur a été répondu plusieurs fois (par exemple https://lille.indymedia.org/spip.ph… ), mais ils continuent à alimenter leur fonds de commerce en faisant comme si une pensée différente de la leur ne pouvait pas exister et donc comme si nous n’existions pas autrement que pour servir de sujet de défoulement et pallier leur absence de militantisme antiraciste. La liste est longue de leurs provocations qui devaient fatalement se terminer mal, mais qui leur permettent de jouer les victimes alors que ce sont eux qui ne supportent aucune pensée différente et qui prennent soin de présenter chaque « débat » d’une manière tellement provocatrice que personne d’autre que les organisateurs ne pourrait y participer sur ces bases. Mille Bâbords se sont laissé avoir par ces « révolutionnaires » qui confondent « débat » avec tribunal d’exception contre antiracistes déviants.

Le même cas de figure s’était présenté avec le soi-disant débat à la Discordia :

Islamophobie : du racket conceptuel au racket politique
https://www.non-fides.fr/?+Discussi…

Là aussi, la présentation de leurs ennemis appelés à « débattre » [sic] ne laissait aucun doute sur leurs intentions clairement avouées, nous accusant de « racket sémantique et politique », de « soi-disant révolutionnaires », « d’approfondir les divisions entre exploités », de « refuser de parler du racisme sous toutes ses formes », nous assimilant aux « fachos du printemps français », et d’une manière plus générale d’être tout simplement les complices de la religion et de l’abrutissement du prolétariat.

Ce n’est en aucun cas un débat, puisque l’introduction laisse deviner ce que sera la conclusion : une condamnation sans appel des anti-islamophobes dont on nous donne les motivations avant même qu’ils aient commencé à les expliquer.

Il ne peut pas s’adresser à des anarchistes, qui n’ont pas pour habitude de répondre à des sommations à comparaître ou des ultimatums, surtout sur des sujets aussi graves. Les anarchistes se sont plusieurs fois exprimés sur l’islamophobie, or il n’en est jamais fait mention ici. C’est bien une intention délibérée de ne tenir aucun compte des arguments qui les poussent à lutter contre le racisme et au contraire à mettre en avant les arguments de mauvaise foi que les islamophobes de droite et de gauche ont l’habitude de substituer au dialogue.

Aucun des anarchistes visés par ce réquisitoire n’a jamais soutenu la religion, encore une fois ils se sont exprimés là-dessus, mais il est plus commode de ne pas les écouter (http://www.bboykonsian.com/Libertai… ). Le véritable problème, c’est de savoir si on peut être solidaires de gens qui subissent un racisme d’Etat mais qui ne pensent pas exactement comme nous. Les anarcho-islamophobes ont donné leur réponse et nous la nôtre. On veut bien en discuter, mais entre antiracistes, pas avec des personnes qui mettent la pureté idéologique comme préalable à toute solidarité. En principe, l’anarchisme est incompatible avec les comportements sectaires et autoritaires.

Les mêmes ont essayé de remettre ça au Rémouleur, mais là ils ont eu affaire à des gens beaucoup plus critique que la Discordia et ils sont tombés sur un os :

Sur l’idéologie anti-islamophobe
https://nantes.indymedia.org/articl…

Naturellement, nous avons eu droit aux mêmes insultes et calomnies, comme si on voulait décourager à l’avance tout-e antiraciste de participer au « débat ». Rien que le titre est une provocation. Ainsi, l’anti-islamophobie serait une IDÉOLOGIE ? Pas un antiracisme, pas une position politique, pas une réaction à l’idéologie dominante, pas un combat nécessaire, non, juste une IDÉLOGIE dont on peut débattre tranquillement entre initié-e-s ! Dans ces conditions, ne vous attendez pas à voir qui que ce soit de libertaire ou d’antiraciste venir discuter avec vous !

Et les provocations n’ont pas cessé. La même bande s’est déchaînée le Premier mai en utilisant la manif des libertaires (qu’ils méprisent copieusement) pour se venger des réactions violentes à leur procès contre les antiracistes :

https://www.non-fides.fr/?Recit-du-…

https://nantes.indymedia.org/articl…

On ne peut pas être plus clair : « DES ANARCHISTES PROFANENT LE CORTÈGE LIBERTAIRE » ! Quand on connaît la position de ces braves gens sur le blasphème, on voit très bien où ils veulent en venir. Ils PROFANENT les cortèges libertaires comme ils prétendent profaner toute manifestation religieuse. Ils ne laissent d’ailleurs aucun doute : « 1er mai 2016. Comme chaque dimanche c’est le marché de la Place des Fêtes. Comme chaque 1er mai c’est le super-marché des organisations libertaires » ! Quel mépris pour les orgas dont ils squattent les manifestations !

« Pendant que certains s’en prennent aux vitres de la bibliothèque anarchiste La Discordia (cf. Imposer l’ordre moral à coup de marteau – Communiqué de La Discordia ), des anarchistes identifient clairement leurs ennemis et agissent en conséquence. » Ces anarchistes-là ont une drôle de conception de « l’ordre moral », qu’ils incarnent plus sûrement avec leurs procès perpétuels contre tous ceux qui ne pensent pas exactement comme eux. Contre les coups de marteau, ils préconisent les coups de massette :

« CETTE INTERVENTION DANS LE CORTÈGE, À PEU NOMBREUX, MONTRE QUE DE PETITES MINORITÉS N’ONT PAS BESOIN DES MASSES, JUSTE DE MASSETTES »

C’est même pas un lapsus, mais une profession de foi : pas besoin des masses pour faire la révolution, il suffit qu’une minorité impose ses idées par la force. On comprend que les libertaires vous énervent, vous n’avez strictement rien à voir avec eux !