En bref, le PDG de la Provence voudrait racheter La Marseillaise, garder son mondial de la pĂ©tanque et liquider le journal en licenciant 80% de ses salariĂ©.es…

Dans le genre magouille, si on tape Serfati dans le moteur de recherche de mars-infos, on trouve ces deux articles :

Pour en savoir plus sur le projet de reprise mis en avant par la Marseillaise sur son site : « La Marseillaise Â» mobilisĂ©e pour son avenir.

Communiqué de la CGT

Selon des sources concordantes, un projet de reprise concurrent à celui présenté par le groupe Maritima médias est en cours d’élaboration. Porté par Jean-Christophe Serfati, PDG de la Provence, avec le soutien de l’homme d’affaires Xavier Niel, celui-ci viserait à récupérer notre événement, le Mondial La Marseillaise à pétanque, tout en supprimant notre quotidien né dans la Résistance à l’occupant nazi et 80% des effectifs. Seule une dizaine de salariés dont 7 ou 8 journalistes seraient affectés à un site internet ou un hebdomadaire.

Cette perspective est totalement inacceptable pour les salariés de La Marseillaise.

La CGT de La Marseillaise avait prĂ©venu : nous ne laisserons aucun prĂ©dateur dĂ©pecer notre journal et nous souhaitons voir aboutir dans les meilleures conditions l’offre prĂ©sentĂ©e par le groupe Maritima mĂ©dias qui s’est engagĂ© Ă  maintenir notre zone de diffusion, le niveau actuel d’emploi et notre ligne Ă©ditoriale.

Nous appelons l’ensemble des salariés du journal, l’ensemble des salariés du secteur de la presse, les syndicats de nos départements, nos Amis, nos lecteurs, ceux qui ont signé l’appel lancé par le cinéaste Robert Guédiguian et le résistant Marcel Thomazeau, ceux qui ont répondu à l’appel aux dons, tous les démocrates, à se rassembler ce jeudi 13 août à 12h30 devant le siège de notre journal gagné par les résistants en août 1944, 15 cours d’Estienne d’Orves à Marseille (1er) pour dire non aux prédateurs, oui au pluralisme.

Non Ă  la casse de l’emploi !

Si ce projet venait à être déposé nous nous tiendrions prêts à toutes les formes d’actions que nous jugerions nécessaires.

Marseille, le 11 août 2020


Article publié le 16 AoĂ»t 2020 sur Mars-infos.org