Le lundi 22 juillet 2019, la préfète d’Indre-et-Loire Corinne Orzechowski a tenté d’expulser un ressortissant soudanais vers Khartoum, malgré l’instabilité politique que connaît le Soudan et la violente répression qui a fait de nombreux morts ces derniers mois [1]. L’homme, enfermé au camp de rétention de Rennes, a refusé de monter dans l’avion ; il a présenté un recours afin que sa demande d’asile soit réexaminée. D’après le témoignage d’un salarié de la Cimade intervenant au sein du CRA, la police aux frontières aurait averti cet homme que des moyens de contentions seraient utilisés contre lui à la prochaine occasion (casque, menottes, ceinture, etc.).

C’est la deuxième fois en dix jours que la préfète d’Indre-et-Loire est interpellée publiquement par la Cimade, via le réseau social Twitter, à propos de sa politique d’enfermement et d’expulsion. Le 12 juillet, l’association avait pointé du doigt les pratiques illégales de la préfète qui avait procédé à l’expulsion d’un ressortissant centraficain. Cette fois, l’association a réclamé au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner un moratoire sur les expulsions vers le Soudan.


Article publié le 22 Juil 2019 sur Larotative.info