Mai 27, 2021
Par Le Poing
252 visites




Rassemblement de soutien au peuple colombien, Montpellier, le 8 mai 2021. © Samuel Clauzier

Il y a quelques jours nous communiquions sur la tenue d’un rassemblement de soutien au peuple colombien ce samedi 29 mai dans le parc Rimbaud, organisé par le mouvement citoyen « La Movida » : un évènement dont l’autorisation vient d’être refusée par la préfecture de Montpellier. Les autorités invoquent une prétendue incompatibilité du rassemblement avec les restrictions sanitaires (notamment sur la possibilité pour les participants de goûter à la nourriture colombienne). Un prétexte fallacieux qui met sur le même plan un partage d’aliments durant un rassemblement avec le service effectué dans les établissements de type restauration. D’autre part, la préfecture mentionne l’interdiction de tenir une buvette dans les conditions actuelles – alors même qu’il n’en a jamais été question, une telle prestation ne figure sur aucune des informations communiquées par le collectif « La Movida ».

Nous avons contacté les membres du collectif à l’origine de cette initiative, dépités par une telle décision à quelque jours de l’évènement « Nous ne comprenons pas la position de la préfecture, alors que nous sommes en contact avec celle-ci depuis la première manifestation du 8 mai. Nous étions prêts à organiser notre rassemblement avec toutes les précautions nécessaires. Nous avions prévu des gants, du gel hydro-alcoolique, des masques… Ce qu’il se passe actuellement en Colombie est très grave : la répression est brutale et meurtrière, nous voulions exprimer notre solidarité avec notre peuple. Nous allons tout de même organiser un rassemblement de soutien sur la place de la Comédie, en faisant une jonction avec la manifestation de soutien au peuple de Palestine, organisée à 15h30 par BDS. »

Ce n’est plus un secret pour personne, le pouvoir politique ne tolère plus la moindre forme de contestation : en moins de quelques semaines c’est un véritable déferlement répressif qui s’est abattu sur la quasi-totalité des manifestations françaises, des éboueurs aux soutiens au peuple palestinien en passant par les agriculteurs – une action durant laquelle deux députés du mouvement « La France Insoumise » ont été malmené par les forces de l’ordre. Seuls les policiers ont pu se rassembler sans encombre devant l’assemblée nationale, dans une manifestation au caractère factieux affiché, avec pour principale volonté  de « faire céder les digues de la constitution ». Aux côtés des pourfendeurs de l’institution judiciaire, un Gérald Darmanin cantonné au rôle de pupitre pour les revendications fascisantes des syndicats policiers d’extrême-droite  – une bien triste position dont le ridicule ne parvient plus à masquer la dangerosité sur le plan politique.

Qu’on se le dise : en France l’atmosphère est nauséabonde. L’exécutif s’enferme dans une véritable fuite en avant autoritaire, emportant jours après jours le peu d’attributs démocratiques encore détenus par notre société. Au loin, l’ombre d’un possible basculement vers un gouvernement ouvertement fasciste lors de la prochaine élection présidentielle  semble ne plus faire figure de simple mirage. Même la mère Le Pen est forcée d’abandonner sa traditionnelle stratégie de « dédiabolisation » depuis la reprise en main du parti familial : c’est désormais tout le paysage politique français qui se diabolise, au point que le programme anti-démocratique du parti de la haine se trouve d’ores et déjà mis en application.




Source: Lepoing.net