LA PRÉCARITÉ TUE

Vendredi dernier, un étudiant lyonnais et militant à Solidaire Étudiant.e.s a tenté de se suicider devant un bâtiment du Crous.

En très grande précarité, sans bourse et logé dans une chambre insalubre, il revendique son acte comme étant politique : ’J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué, en créant des incertitudes sur l’avenir de tous, j’accuse aussi Le Pen et les éditorialistes d’avoir créé des peurs plus que secondaires’.

La précarité n’est pas le fruit du hasard, mais bien la conséquence des politiques antisociales des gouvernements successifs.

Bourses insuffisantes ou inexistantes, manque de logements étudiants ou sélection à l’université sont autant de problèmes qui découlent de l’introduction de logiques de marché dans l’enseignement supérieur.

Cet acte fait écho aux trop nombreux suicides qui ont eu lieu ces dernières années dans plusieurs milieux : Sncf, Poste, Education nationale, France Telecom…

Ces drames prouvent que ces politiques ont des conséquences dramatiques ; aujourd’hui et comme toujours, la précarité tue, le travail tue, le capitalisme broient les corps et les esprits.

En soutien à ce camarade, à ses proches et afin de continuer la lutte pour des conditions de vie, de travail et d’études décentes, un rassemblement aura lieu à la fac du Mans jeudi 14 novembre à 12h30 devant le RU Vaurouzé.

Exigeons une augmentation des salaires et des bourses, la rénovation et création de logements étudiants !

Article publié le 14 novembre 2019


Article publié le 13 Nov 2019 sur Solidaires.org