Janvier 24, 2021
Par Basse Chaine
309 visites


Le jeudi 21/01, la police nationale, en plein cœur de l’hiver, expulsait l’auto-réquisition de la Grande Ourse. Elle jetait à la rue la grosse dizaine de personnes qui y logeaient encore. Ce matin, au lendemain de l’expulsion, la police est venue à l’Etincelle, lieu culturel et alternatif auto géré depuis 23 ans, pour le sécuriser, craignant que la Grande Ourse ne viennent occuper le lieu (sic).

On a alors assisté à un déploiement des plus conséquents des forces du désordre, une vingtaine de flics se mettant à « protéger » le lieu. A leur arrivée, ils ont expulsé du bâtiment une personne qui y faisait le ménage, avant de confisquer les clefs et de se poser devant l’entrée, les bras croisés. A l’arrivée de membres de l’Etincelle la farce n’a fait que s’accentuer. La police craignait que la Grande Ourse ne vienne investir les lieux, prétextant que l’Étincelle n’avait plus de bail depuis 2020. Comme tout un chacun le sait, la Grande Ourse cible des bâtiments inoccupés depuis des années et non des locaux associatifs de solidarité. De plus, la mairie sait bien que le bail est toujours valide puisqu’elle l’a dénoncé, demandant de quitter les lieux pour le 15 juillet 2021.

Devant cet état de fait, et la volonté des membres de l’Etincelle de récupérer l’accès au lieu et les clefs du bâtiment, nos policier-ères se sont retrouvé-es quelque peu désemparé-es devant l’information et se sont fermé-es à toute discussion, arguant qu’ils devaient en référer à leur autorité de tutelle. Ils annoncèrent alors que leur responsable venait sur site pour tirer cela au clair. Avant son arrivée, un autre membre du lieu était arrivé, avec en sa possession le bail et les courriers de la mairie demandant de quitter les lieu pour le 15 juillet 2021.

Face à cela, la police a dû libérer l’accès au lieu tout en redonnant les clefs. Il est à noter que durant tout le temps des échanges, un camion de police nationale était arrivé, ainsi qu’une autre voiture de la municipale, sans compter les flics accompagnant le responsable. Contrairement aux dires de notre municipalité sur l’insécurité, ils ne semblent pas très occupés.




Source: Basse-chaine.info