Juin 24, 2020
Par Marseille Infos Autonomes
208 visites


Le syndicat Synergie Police Officiers, dont les errements fascistes nécessiteraient une bibliothèque plus grande que celle d’Alexandrie, a été débusqué ce week-end en flagrant délit de gros mensonge au sujet de la peinture projetée sur une statue de Simone Veil.

Le syndicat Synergie Police Officiers tente de faire croire qu’il s’agit d’un acte fait dans le cadre des manifestations contre le racisme et les violences policières au cours desquelles de nombreuses statues sont enfin tombées, en Angleterre, en Belgique, aux USA, et on été repeintes en France, comme à Marseille les statues coloniales du bas des escaliers de la gare St Charles. En fait l’image provient d’une dégradation faite par les fascistes de l’Action Française en 2019…

Preuve s’il en est de la collusion entre les services fascistes, à Lille, les flics et les boneheads gardaient ensemble la statue du Général Faidherbe pendant la manif contre les violences policières et le racisme du 20 Juin.

Pour plus d’infos sur l’immonde général Faidherbe qui prononçait entre ses vanteries de massacres au Sénégal que « Si un pillage est commis par les habitants d’un village, tout le pays auquel appartient le village en est responsable et doit s’attendre à toute espèce de représailles de notre part », le site faidherbedoittomber.org est là pour ça.

En matière de censure la police ne sait pas trop trouver sa ligne. Ce week-end, à Stains, dans le 93, une fresque à la mémoire d’Adama Traoré et Georges Floyd a été inaugurée. La fresque qui condamne les violences policières a beaucoup énervé la flicaille qui s’est empressée d’aller pleurer dans les jupes de la préfecture.

Le Préfet de Seine-Saint-Denis a donc ordonné hier en fin de journée au Maire de faire retoucher la fresque pour y enlever le terme “policières” de la phrase “Contre le racisme et les violences policières”. Dans la foulée Alliance a appelé à un rassemblement devant la fresque, contre appelé par le collectif vérité et justice pour Adama. Devant la pression les flics ont finalement abandonné l’idée de venir.

La fresque avait été inaugurée le 18 juin par le Maire PCF de Stains qui à la suite de l’appel au rassemblement de la flicaille déclarait : « A Stains, nous avons toujours privilégié le dialogue et le lien entre la police et les habitants, écrit-il. Pour autant, nous ne cesserons pas de dénoncer les comportements inadmissibles de certains policiers qui outrepassent leurs droits et se servent indignement de leur position pour exprimer leur racisme et leur mépris des habitants des quartiers populaires. »




Source: Mars-infos.org