Alors que les Etats-Unis continuent de brûler et que la classe dirigeante se perd en stratégies foireuses pour tenter de calmer la révolte, ici, la mobilisation historique de mardi 2 juin à l’appel du comité vérité et justice pour Adama a prouvé aux sceptiques que la violence de la police n’est pas qu’un problème américain. Le racisme est structurel, il soutient la domination économique des pays occidentaux. Le racisme a permis et continue de permettre l’esclavage et la colonisation. Les flics sont racistes, ils tuent les étrangers et les opposants à la domination coloniale et au projet capitaliste. Ils tuent aussi par plaisir, par ennui ou par excès de zèle. Jamais ils ne sont condamnés à hauteur des horreurs qu’ils font subir et célèbrent leur pouvoir dans des soirées Black Face. Les fascistes et autres néo nazis les épaulent dans ce travail, ils se couvrent mutuellement. Nier ces faits équivaut à les cautionner.



Soirée Black Face policière en 2014

Les flics tuent même d’autres flics quand il le faut, comme Myriam Sakhri, gendarme racisée qui dénonçait le racisme endémique dans l’institution policière. retrouvée morte, une balle dans le foie.

Au bout de 9 années de procédures, les flics qui ont tué Zyed et Bouna à Clichy en 2007 ont été blanchis.

Zineb Redouane a été tuée l’année dernière par un flic à Marseille. Il n’y a toujours pas eu de condamnation, pire le CRS qui a ordonné le tir a été décoré par Castaner pour ses services pendant le mouvement des gilets jaunes. Tout comme celui qui a ordonné l’usage des grenades le 21 juin à Nantes aboutissant à la noyade Steve.

A côté de tout ça, les fachos de génération identitaire se pavanent dans le métro Lyonnais qu’ils prétendent sécuriser et se font des sauteries avec les cadres du FN. En fait ils attaquent celles et ceux qui ne sont pas assez blanc.he.s et des locaux collectifs de gauche. Ils épaulent la gendarmerie française à la frontière italienne, ce qui a pour effet direct la mort de celles et ceux qui ont fuit la domination coloniale.

En Allemagne il a seulement quelques années, le groupe néo-nazi NSU a assassiné 9 personnes d’origine turque grecque et kurde. Finalement arrêté.e.s en 2011, l’enquête a démontré des solidarité policière avec les terroristes. Notamment des services de renseignement. Juste avant que le procès ne s’ouvre, plusieurs témoins sont mystérieusement morts.

Parce que le racisme et le fascisme tuent, en l’honneur des victimes et pour que la violence fasciste et policière cesse, il n’y a plus qu’à les démanteler.

Ce vendredi 5 juin une audience se tiendra au tribunal de Riom. Audience dont il est clair qu’il n’y a rien à attendre de la justice et de la police qu’ils se couvrent mutuellement et crachent à nouveau sur la mémoire de Wissam et sur la peine de sa famille. Un rassemblement est d’ores et déjà appelé.

Ce vendredi 5 Juin, c’est aussi l’anniversaire de la mort de Clément Méric assassiné il y a 7 ans à Paris par des néonazis, cette fois-ci sans uniformes, qui ne sont toujours pas condamnés. A cette occasion ses camarades appellent à des actions en sa mémoire.

Le 18 février dernier les flics ont tué Medhi, 18 ans, à Marseille et depuis, rien. La police court toujours.

Un appel circule déjà à se rassembler se samedi à 19h sous l’ombrière du vieux-port.

Pour rétablir la balance, pour que notre réponse soit à la hauteur de l’affront, pour que le mouvement qui commence à déborder des Etats-Unis se transforme en mouvement local partout où les flics et les milices existent, parce que l’Etat et sa police ont profité de ces deux mois de confinement pour renforcer l’arsenal sécuritaire qui assoit leur domination, pour que tous les commissariats de France ressemblent à celui de Minneapolis, il est l’heure de sortir du confinement.


Article publié le 05 Juin 2020 sur Mars-infos.org