Novembre 10, 2021
Par Fédération Anarchiste Belgique
151 visites


La planète en grand danger – Ici et maintenant

La planète en grand danger



Rédigé par ici et maintenant

10 novembre 2021

Aucun commentaire


A Glasgow, la COP 26
s’avère riche de futures promesses non tenues, sur les
problématiques environnementales, sur la nécessité
de questionner l’impact de l’activité humaine sur les
écosystèmes, sur les inquiétudes liées au
dérèglement climatique. Pourtant – et là, on
fait un crossover de malade ! -, il y a un sujet qui demeure en
suspens alors qu’il y a quelques décennies encore, il
mobilisait des centaines de milliers de personnes à Bruxelles
(1983) : nous avons nommé l’arsenal nucléaire
mondial… 11 novembre oblige (un crossover de malade, on vous dit
!), il est urgent de rappeler les fondamentaux des luttes
antimilitaristes et pacifistes, qui seront largement absentes des
débats à Glasgow. Bien que tout semble nous inciter à
un lénifiant oubli, jamais la menace n’a été
aussi présente…

Récemment,
nous avons eu l’opportunité de réaliser une interview
de Jean Lemaître [à paraître dans
Le
Monde Libertaire
n°1834, décembre 2021]. Auteur
de
La Commune des Lumières,
une utopie libertaire (Portugal, 1918)
il vient de publier
Le vrai Christophe Colomb
(contre-enquête)
aux éditions Jourdan. Jean
nous a autorisé à publier un texte qu’il a écrit
récemment sur la menace que fait toujours peser sur l’avenir
de la planète cet arsenal de mort détenu par de
nombreux États.

Avions
de guerre, armes de guerre nucléaire, ces graves menaces que
les grandes puissances cachent à Glasgow (Cop 26)…

Les
menaces de guerre nucléaire (une seule bombe atomique peut
pulvériser 20 fois la planète, pour l’éternité)
ne sont pas abordées par les grandes puissances au sommet de
Glasgow. Or les risques sur ce plan croissent d’année en
année. Exemple, rien qu’au Moyen et Proche orient, une
pétaudière, le danger est extrême ! Pour le
moment, Israël, L’Arabie Saoudite, l’Iran, la Jordanie, l’Égypte
accroissent à une vitesse v², dans un climat de tensions
toujours plus fortes entre pays rivaux, leurs capacités à
énergie nucléaire à des fins directement
militaires…. Une étincelle et boum !

Autres
menaces et dommages réels, qui passent sous les radars de
l’indignation : les exercices ou actions de guerre des avions
militaires, chasseurs, bombardiers…A cet égard, le site
Reporterre pointe les pollutions gigantesques de notre atmosphère
notamment engendrées par les avions militaires. Et ce site
d’épingler le fait que « le Département de
la Défense des États-Unis, avec ses avions militaires,
a émis en 2017 des émissions de CO2 supérieures
à celles d’un pays tel que la Suède (10 millions
d’habitants) ». Quant au secteur militaro-industriel
britannique, celui-ci, selon le même site, « émet
chaque année plus de gaz à effet de serre que soixante
pays individuels, comme l’Ouganda (45 millions d’habitants). »

Vraiment
inquiétant ce « black out » ! En
1983, quelque 300.000 manifestants, un record absolu de mobilisation
citoyenne, défilaient à Bruxelles contre le danger du
nucléaire militaire en Europe. Aujourd’hui, plus rien. Tabou.
Silence radio. Pas un mot. Le monde est muet à ce propos. Même
au sein des mouvements écologistes, ce sujet brûlant
semble avoir été glissé sous le tapis des
revendications !

Jean
Lemaître

Écrire un commentaire

Fil RSS des commentaires de cet article




Source: Ici-et-maintenant.group