Avec l’évacuation des bâtiments n°60 et 61 de la place Jean Jaurès dans la nuit du 20 juin, c’est encore de nouveaux délogés, la fermeture de la boulangerie et 6 employé.es au chômage. Aucun arrêté de péril, pas de passage d’expert, la « découverte » d’un puits souterrain menaçant les murs porteurs dont tout le monde a connaissance depuis des années et qui fait l’objet d’un contentieux de longue date entre l’ancien propriétaire du Patio et la municipalité…

Alors l’urgence est-elle de protéger les habitant.es ou de faire main basse sur les fonds de commerce et les immeubles ? Plus de vingt bâtiments ont été vidés et cadenassés dans le quartier ! Combien de commerces fermés ou en voie de fermeture ?

En tout cas, pour eux, l’urgence n’est pas de protéger les passant.es qui continuent de longer les murs soi-disant « prêts à s’effondrer », à errer sur des « trottoirs » en sable ou défoncés, à bouffer de la poussière par les trous de nez ou sur les aliments saupoudrés toute la journée dans les boutiques, ajoutant un goût amer à un air déjà totalement pollué.

Alors c’est quoi ce bazar ? Que la Municipalité assume ses responsabilités. Halte au saccage de la vie des gens par sa nullité crasse !

Rendez-nous la Boulangerie et tout le reste !

Rassemblement jeudi 27 juin 18h30 devant la boulangerie évacuée (61 place Jean Jaurès)


Article publié le 27 Juin 2019 sur Mars-infos.org