Août 2, 2016
Par Indymedia Nantes
18 visites


Printemps 2015, vient le rassemblement organisé par le collectif contre Thor à l’initiative de AL 57 suivis d’autre asso’s de Nancy principalement – dit-on sur l’affiche- le 14 novembre 2015.

Le rassemblement devait se composer d’une manifestation, stands, et concerts, dans l’après-midi (nous dit-on finissant 19h00 «bien tôt tout ça» au monument de la victoire «pas trop nationaliste, plutôt neutre comme place»). Bien sûr, SO et polices devaient protéger le bon déroulement de la manifestation. Sans oublier la demande à la prefecture pour le droit de manifester (demande qui se fera très tardivement, soit disant lancé par des membres de FDG, puis pas de nouvelles et relance par le collectif). Bien sûr, il s’agit d’être unies contre les _extrêmes droites_, ce qui se rapporte plutôt à la politique politicienne et leurs partis.

L’affiche du 14 novembre (vous notterez que ça ne parle pas de Fascisme en général) :

http://antifa-autonome.fr/blog/wp-content/uploads/2015/11/taverne-de-thor.png

Et comme tout bon spectateu-trice, le 13 novembre au soir survient l’attentat à Paris. Et de beau matin, que décide le collectif avant toute déclaration de la prefecture : d’annuler purement et simplement, sans demande préavis. C’est bien le collectif, et des membres BAF/AL, qui décident en tant que organisateu-rices de reporter la manifestation (avec annulation des bus – après que tout fut payé). Sur Nancy, petit jeu assez drôle lors du rassemblement pour les bus (une bonne centaine de personnes), avec soit disant tour de rôle de parole une fois que la décision fut déjà prise «Sympa la parole dans le vent». Bien sûr la prefecture, avec État d’urgence, annula cette manifestation (sur le papier), ça n’empêcha pas le 15 novembre au Bur-ienn-es de semer dans les champs de l’Andra (qui n’avait jamais demander le droit de manifester). Ce qui n’aurait pas empêcher cell-eux qui auraient voulu prendre le bus pour s’y rendre car déjà reservé et payé…

«Le SO et la Police ne pouvaient plus garantir la sécurité des manifestant-es car interdiction de manifestation» (ce que j’ai pu entendre) : car cela peu être une garantie lors de ce genre de manifestation, qui plus est normalement contre le Fascisme (que ça soit de la forme de l’État, en uniforme, ou simple pouvoir d’autorité) ?

Le jour même, appel de syndicat pour rediscution et reporter cette manif les jours suivant’ (avec représentant du PS dans ces rencontres/pseudo débat). Les organisateur-ices parlent d’abord de reporter ça après la FIN de l’État d’urgence! Déjà une blague à ce moment là. Que se passe-t-il réellement si ce sont ces évenements qui sont censés rythmé le mouvement anti-fa ?! Ce qui reportait, vers février 2016. Ce qui me fait proposait (en moitié blaguant – à 3/4 mois près), de plutôt le faire en 2017 tant qu’on y était. À toujours reporté, jamais près, jamais ci et ça… Comme ça on rentre chacun-es chez soit, bien content de savoir que peut-être un jour on sortira manifester, quoi que … trop près des présidentielles !

Déjà en novembre, ça parlait de la reporter vers avril même ! Allucinant. Très peu de remises en question, quelques sur certaines têtes de l’organisation qui ne sont pas très claire sur leur ligne directrice, mais soit, laissons les choses comme tel “ce n’est pas si grave au final, c’est juste une manif'”. C’est ce qu’on resent dans ce genre d’organisations, c’est grave.

Puis qu’est ce que j’apprends aujourd’hui : http://lahorde.samizdat.net/2016/07/31/verdun-manifestation-contre-le-local-nazi-la-taverne-de-thor/#comment-119314
Que la manifestation se déroulera que le 8 octobre 2016 (quasiment un an après une manifestation qui ne se déroula pas).
Et pourquoi le 8 ? Devinez, vous le savez : demande à la préfecture pour le droit de manifester. Que se passera-t-il le 7 ou le 6, un «déjà vu» ?

Que nous dit le collectif sur son compte du réseau social étatique (je passe sur le fait que beaucoup de ces personnes se contre fiche de donner leurs identitées, mais ne souhaite pas manifester car les conditions ne permettent pas d’organiser une manifestation sans une police d’État) :
«Nous ne saurions le tolérer.»
Ça va, plus d’un an après, ne mentez pas, vous le supportez assez bien tout de même.
«Pour l’instant, aucune entrave administrative n’a été opposée à l’installation des Hammerskins à Combres-sous-les-Côtes, alors même qu’une pétition en ligne réunissait plus de 50 000 signatures, exigeant la fermeture de ce local utilisé pour promouvoir la haine raciale et les discriminations. »
Les pétitions, l’arme du grand internaute qui n’engage à rien sauf à s’assurer de ne pas faire plus.

Contre le Fascisme et toutes ses formes, contre toutes discrimations, pour l’autonomie prolétarienne ! Ni Dieu, Ni Maître !




Source: