Avril 19, 2021
Par Paris Luttes
286 visites


Bon, l’idĂ©e de dĂ©part, c’était de proposer un poisson d’avril.

Mais… La rĂ©alitĂ© a vite rejoint la fiction !

Avez-vous remarquĂ© que nous sommes abreuvĂ©-es de sĂ©ries policiĂšres ? De reportage du type EnquĂȘte d’Action oĂč tous les flics, gendarmes, enquĂȘteurs, avec leurs bagnoles, leurs cars, leurs fusils, leurs LBD, leurs drĂŽnes, leurs tasers, leurs gazeuses, mĂȘme dans les plus petits bleds de France, sont lĂ  pour tabasser les gens faire rĂ©gner la loi, l’ordre, et la tranquilitĂ© des familles ?

Et vous savez bien que personne n’y croit peu de monde tombe dans le panneau et que les autres ne font mĂȘme plus attention.

C’est bien le problùme.

La police, en ces temps oĂč les violences policiĂšres sont enfin devenues un sujet d’actualitĂ© mais ne risquent pas de cesser pour autant en ces temps troublĂ©s de remise en question de ses missions, a dĂ©cidĂ© de rĂ©former son institution. Rien que ça.

Comment ?

En mettant la crosse en l’air ?

Mais non ! Vous n’y ĂȘtes pas du tout ! Ca c’était bon il y a 150 ans, et encore qu’à Paris, la soldatesque et la marĂ©chaussĂ©e se sont bien rattrappĂ©es pendant la Semaine Sanglante.

En crĂ©ant des milices des escouades Gomez et Tavarres avec des Ă©cussons Ă  l’effigie de Stomy Bugsy pour avoir l’air sympa ?

Mais non, ça c’est dĂ©jĂ  fait…

En faisant en sorte qu’aucune image de violences commises par des flics ne pourra ĂȘtre diffusĂ©e et encore moins retenue contre eux ? Vous avez du retard, ça a Ă©tĂ© votĂ© la semaine passĂ©e par l’AssemblĂ©e [1].

En Ă©tendant la formation des « gardiens de la paix Â» Ă  12 mois au lieu de 8 [2] ?

En interdisant la grille Ă  points [3] qui sanctionne les saloperies petites « libertĂ©s Â» qu’un aspirant flic peut commettre prendre pendant sa formation sans se faire tej ?

Ca c’est trĂšs sĂ©rieux, et Darmanin va s’y atteler : c’est vrai, un bon flic n’est pas un voyou [4], c’est un fĂ©ru de dĂ©ontologie, qui mutilera toi et tes enfants les vrais voyous Ă  la bonne distance avec le bon geste et les sommations ad hoc…

DĂ©cidĂ©ment, vous ĂȘtes loin du compte !

HĂ© on est au 21e siĂšcle… Les rĂ©seaux sociaux, ça vous parle ?

A eux oui !

La peau-lisse se refait une image comme en 40, ha oups, c’est pas la bonne image non plus connectĂ©e, branchouille, hype quoi !

C’est le travail du Sicop (Service d’information et de communication de la police nationale) de dĂ©velopper ce qu’on connaĂźt : chaque dĂ©partement a son compte officiel de flics sur twitter ou facebook. Comme la Caf, la sĂ©cu… Bon ça, Ă  la limite, c’est banal. D’ailleurs, eux, ils font des trĂšs bonnes blagues graveleuses pour le 1er avril [5].

Il y a aussi les syndicats policiers, qui dĂ©rapent d’ailleurs souvent sur leurs tweets – faut quand mĂȘme se relire ! Politiquement, c’est toujours compliquĂ© de relayer sur un compte officiel. Et aussi des flics plus ou moins anonymes, dont les comptes sont trĂšs suivis, qui racontent leur quotidien, avec plus ou moins de respect du droit de rĂ©serve.

Le Sicop les kiffe, car il a aussi des ambitions… promotionnelles, voire carrĂ©ment « influenceuses Â» ! Comme le dit Michel Lavaud, le chef, « le Sicop est Ă  l’affĂ»t de toutes les possibilitĂ©s pour dĂ©fendre l’institution Â» [6]. En bref, comprenez : il faut innonder les rĂ©seaux sociaux de messages promotionnels sur la police.

Et y en a marre des trucs traditionnels ! Des chevaux de la gendarmerie, des chiens policiers, il y en a partout ! Ils font mĂȘme un peu peur !

On veut du neuf ! Du doudou ! Du looool ! Et ça tombe bien, les flics adorent les bĂȘtes Ă  poils doux et communiquent parfois tous seuls, sans l’aide du Sicop. Et ça donne rapidement une image de… propagande grossiĂšre.

Commençons par une premiĂšre tactique : le coup de main de la presse.

Exemple avec ces flics du 7e arrondissement qui ont arrĂȘtĂ© un vendeur Ă  la sauvette qui proposait des chiots non sevrĂ©s (c’est un dĂ©lit) [7].

Les flics ont rĂ©cupĂ©rĂ© les deux bestioles qu’ils ont ensuite donnĂ© Ă  une asso (c’est la loi).

Pas de quoi faire un article sur Le Parisien, sĂ©rieusement…

Ah ! Mais si ! La dame de l’association a remerciĂ© le professionalisme des agents.

« Les policiers s’en Ă©taient bien occupĂ©s. Ils leur avaient mis une petite couverture pour qu’ils aient bien chaud Â».

Oh ! Oh ! Oh ! Une petite couverture !

Dans la grande tradition de la prĂ©fecture, le journaliste du Parisien glisse de cette anodine histoire qui n’intĂ©resse personne, Ă  ça :

Les commissariats de police rĂ©cupĂšrent trĂšs souvent des animaux, surtout chats, chiens, quelques NAC (nouveaux animaux de compagnie), confie une source policiĂšre. Ce sont principalement des animaux perdus, parfois saisis. Ici, il s’agit d’un flagrant dĂ©lit. Nous avons d’ailleurs des cages pour les entreposer en attendant qu’un refuge ou une association, dĂ©signĂ© par le parquet, vienne les chercher. « Ici, au commissariat, ajoute un autre policier, on a mĂȘme des croquettes. Ce n’est pas le ministĂšre de l’IntĂ©rieur qui les achĂšte mais nous ! Â»

Oh ! Ah ! Hou ! Des cages ! Des croquettes ! Policier Sauver Chiots !

Comme c’est mignon. DĂ©goulinant de sensibilitĂ©, mĂȘme.

C’est bizarre, hein, une personne en cellule et un chien en cage, ça fait pas le mĂȘme effet. Les mots sont importants. C’est vrai qu’un chiot en cellule… C’est gĂącher de la place.

La promotion via des comptes personnels – sĂ»rement de vrais gagas d’animaux, qui sont aussi relayĂ©s dans les mĂ©dias



Continuons par LaĂ«titia et Laurent, gardiens de la paix en Seine et Marne. Vous aimez les chats ? Surtout les tous doux ? HĂ© bien, eux aussi : au point qu’ils ont recueilli Pirate [8], un vieux chat Ă©borgnĂ© ah ben si ! Il est vraiment borgne, le pauvre animal ! A priori c’est un flashball un paintball qui l’a blessĂ© [9], mais ses jours ne sont pas en danger.

Le matou a un compte Instagram et dĂ©jĂ  plus de 11000 abonnĂ©s ; tous les services de police du coin et d’ailleurs lui envoient des petits cadeaux et pas mal d’écussons et autres produits dĂ©rivĂ©s policiers.



VoilĂ , dans le comico l’animal dort sur les photocopieuses, sur les dossiers, sa prĂ©sence apaise les coeurs des gardĂ©-s Ă  vue et avocats, flics, voyous, enfants, le caressent indiffĂ©remment dans une ambiance feutrĂ©e… On peut mĂȘme acheter un Ă©cusson pour payer ses croquettes.

Oh ! Oooh ! Ooooooh ! Policiers Aimer Chats !

Notre coeur fond de tendresse… Ces policiers, si sensibles Ă  la dĂ©tresse animale, aprĂšs tout, ne sont-ils pas comme nous ?

Soyons honnĂȘtes, ce n’est pas les seuls : les flics de Martigues avaient aussi dĂ©gaĂźnĂ© leur plus joli chaton, joliment dĂ©nommĂ© Police, il y a quelques annĂ©es, comme argument anti-stress.



Contre le stress du flic, le chat qui pionce. Chat Calmer Policiers !

A quand le plan du gouvernement pour apporter chiens, chiots, lapins, hamsters, oiseaux, varans, qui contribuent Ă  diminuer les violences policiĂšres !

Ah, mais, c’est carrĂ©ment une tĂ©lĂ©-novela qui se prĂ©pare…

Leurs collĂšgues de Paname ont crĂ©Ă© un compte Insta pour leur chatte, Patrouille, un peu plus photogĂ©nique que le pauvre Pirate, et… Devinez…

Une « histoire d’amour Â» virtuelle serait en train de naĂźtre entre les deux animaux… Waow, quelle scĂ©narisation.

Ben ouais, un papa, une maman, y a quoi ?



On retrouve sur ces deux comptes les mĂȘmes cadeaux (de mariage ?) fournis par des policiers adeptes des chats (un service com n’aurait pas Ă©tĂ© aussi lourdingue) et des mises en scĂšne d’un goĂ»t exquis.

On vous l’a dit, Policiers Aimer Chats.





Des gens dont c’est vraiment le taf à plein temps

Enfin, suivons les aventures d’Anthony [10], qui va ĂȘtre un peu l’envoyĂ© spĂ©cial des commissariats sur Snapchat !

Ouais, ouais c’est son taf, il va faire le tour des comicos de France Ă  la recherche de la belle image de la police, encore mieux que dans tous les reportages de W9… Inutile de dire qu’il va salement galĂ©rer a priori : donc il va l’inventer !

Pour celleux qui connaissent pas, Snapchat, avec 14 millions d’utilisateurs/rices en France dont les 2/3 de moins de 25 ans, c’est un rĂ©seau social avec des vidĂ©os qu’on s’envoie entre potes, mais oĂč on peut aussi suivre des comptes de marques, de people, etc. HĂ© ben sur Snap y aura des comptes de people qui seront des condĂ©s ! Et l’heureux Ă©lu est Anthony, Ă©paulĂ© par un Youtubeur qui lui fera ses montages. Policiers Aimer Jeunes.



Au visionnage du teaser (il n’y a pas d’autres mots) de sa mission d’inutilitĂ© publique, nous sommes convaincu-es qu’Anthony saura s’adresser Ă  sa cible marketing et filmer avec brio, moults musiques guerriĂšres et montages dramatisants les tabassages les missions de ses hĂ©roĂŻques collĂšgues des forces de l’ordre sur tout le territoire.

Pour la patrie, ils veillent…

Allez, espĂ©rons que l’an prochain, un collĂšgue d’Anthony ne crĂ©Ă© pas des hashtags challenge #Taser #Gazeusefamiliale sur Tik Tok pour qu’on puisse danser avec nos nouveaux amis !




Source: Paris-luttes.info