Jeudi 12 septembre, à 19 heures, la librairie La Gryffe accueille Sarah Haidar, écrivaine et journaliste algérienne, anarchiste et féministe, qui, dans son dernier ouvrage, La morsure du coquelicot, livre un récit de femmes et d’hommes en lutte contre un Etat répressif, autoritaire face auquel la lutte armée est devenue une nécessité. Ce roman d’anticipation fait écho aux insurrections récentes, et met en avant la désobéissance au travers d’une écriture poétique acérée et brutale.

Louiza, Mahmoud, Leila, Sakaï… Des femmes et des hommes résistent à un pouvoir central autoritaire et policier et prennent la rue, la prison ou le maquis. Face à un état criminel et répressif, la lutte armée est devenue une nécessité. Les figures, la terre elle-même et le vivant dans ce qu’il a de plus organique se lèvent et revendiquent une liberté absolue.

​De ce roman d’anticipation autant que de révoltes émergent des voix apatrides qui font écho aux insurrections kabyles récentes. Polyphonie à l’écriture acérée, aussi brutale que lyrique, La morsure du coquelicot éveille une promptitude à la désobéissance et au refus avec une poésie sans concession sur la violence des révolutions.

Cinquième roman de Sarah Haidar et le premier publié en France, ce livre est à l’image de l’engagement de l’écrivaine algérienne : roman d’utopie et combat littéraire, social et politique.

Librairie La Gryffe

5, rue Sebastien Gryphe

LYON, 69007


Article publié le 09 Sep 2019 sur Rebellyon.info