Mai 27, 2021
Par Dijoncter
222 visites


Trois vigies relatives au désarmement nucléaire ont eu lieu en mai 2021, à Dijon et près du CEA de Valduc.

Trois vigies au mois de mai

Une quinzaine de lanceurs d’alerte du ‘Collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ ont participé dans les rues de Dijon aux rassemblements et au défilé du 1 er mai 2021.

Le 20 mai, 6 manifestants ont déployé des banderoles à Moloy, près du CEA de Valduc, pour soutenir les salariés du CEA dans leur demande – secrète ou tacite, pour nombre d’entre eux – de reconversion des sites du CEA à des activités pacifiques.

Le 21 mai, ils étaient une douzaine sur la place Darcy à Dijon à demander que la France respecte des engagements dans le cadre de l’art. 6 du Traité de non-prolifération (TNP) et adhère au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN).

Les armes nucléaires interdites depuis le 22 janvier 2021

Lors de son entrée en vigueur le 22 janvier 2021, 90 jours après la 50 ème ratification, le TIAN est devenu la norme du droit international. À ce jour, 86 États l’ont signé et 54 États l’ont ratifié, les deux derniers étant les Philippines et les Comores. Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies a envoyé une lettre à tous les Êtats membres de l’ONU pour signifier que la première réunion des Êtats parties au TIAN se tiendrait à Vienne (Autriche) du 12 au 14 Janvier 2022.

45 villes en France, et pratiquement 500 à travers le monde demandent l’adhésion de leur pays au TIAN. Presque une trentaine de parlementaires français ont signé leur engagement en faveur du TIAN.

La reconversion du général de Bollardière

La reconversion des personnels du CEA affectés aux activités militaires va bientôt devoir s’imposer, et plus elle sera anticipée, moins elle sera difficile. Un bon exemple de reconversion est celui du général Jacques Pâris de Bollardière (1907-1986).

Officier parachutiste, il combat en Norvège, au Gabon, en Érythrée, en Syrie, en Libye, dans le maquis des Ardennes, en Hollande. Il est l’un des Français les plus décorés de la Seconde Guerre mondiale. En Indochine, il prend conscience qu’il participe à une guerre coloniale. Il refuse la torture en Algérie et il est condamné à 60 jours de forteresse pour avoir confirmé les récits de Jean-Jacques Servan-Schreiber à ce sujet. En 1973, il manifeste à Mururoa son opposition aux essais nucléaires français et renvoie sa plaque de Grand Officier de la Légion d’Honneur au président Pompidou. Cofondateur du Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN), il soutient les paysans du Larzac menacés par le projet d’extension du camp militaire, il défend au tribunal en 1985 Jean-Louis Cahu, officier de tir de missiles nucléaires déserteur du plateau d’Albion.

« Les forces armées chargées de mettre en œuvre un armement nucléaire, dit-il, se voient fixer des objectifs démographiques, c’est-à-dire d’immenses agglomérations urbaines (…). Je considère cette conception comme inhumaine et dangereuse (…). Notre bombe nucléaire est inutile, immorale, dangereuse, je dis même criminelle (…) Une chape de plomb étouffe toute tentative de réaction. »

Comment les citoyens peuvent-ils soutenir le TIAN ?

  • Écrivez à votre Maire, afin que votre commune signe l’Appel des villes d’ICAN pour le désarmement nucléaire, à votre député et sénateur pour que la France ratifie le TIAN.
  • Participez aux vigies citoyennes à Dijon ou Valduc, à Paris et ailleurs.
  • Questionnez votre banque sur son financement de la bombe atomique, et n’hésitez pas à changer pour une banque éthique, grâce au guide éco-citoyen “Choisis ta banque !” sur le site des Amis de la Terre.
  • Intéressez-vous aux armes nucléaires, aux questions de sécurité internationale et aux alternatives de défense de la démocratie.

    Les vigies et actions non-violentes menées par le ‘Collectif Bourgogne Franche Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ s’inscrivent dans le cadre d’ ICAN, ’Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires’ (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons), prix Nobel de la paix 2017, et dans la suite des précédentes victoires de l’ONU : interdiction des armes biologiques (1972), des armes chimiques (1993), des mines antipersonnel (1997), et des bombes à sous-munitions (2008).

    Découvrez l’historique avec photos des actions à Dijon et Valduc depuis 2014.

    Le collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires



Source: Dijoncter.info