Juin 29, 2020
Par Nantes Révoltée
64 visites


🔮 Dimanche 21 juin. C’était il y a une semaine. La ville de Nantes Ă©tait mise en Ă©tat de siĂšge, la fĂȘte de la musique interdite, les rues barrĂ©es, et tout rassemblement Ă©tait dispersĂ© sous un dĂ©luge de gaz et de grenades.

La raison de cette rĂ©pression Ă©norme ? “L’état d’urgence sanitaire”. Officiellement, les rassemblements sont interdits pour “notre bien”, pour Ă©viter l’épidĂ©mie.

🔮Dimanche 28 juin. Elections municipales. Des dizaines de millions de personnes sont appelĂ©es aux urnes. Et Macron s’offre mĂȘme le luxe d’un “bain de foule” sans masque ni gestes barriĂšres, devant la presse.

🔮L’épidĂ©mie a-t-elle miraculeusement disparu en une semaine ? Ou alors, seuls les politiciens sont immunisĂ©s ? A moins que l’argument sanitaire ne soit utilisĂ© que pour pour Ă©craser violemment les expressions de rue, et en particulier l’hommage Ă  Steve Ă  Nantes ?

Dans tous les cas, l’attitude des autoritĂ©s locales et nationales est abjecte.


25k
fb-share-icon156695

27k




Source: Nantes-revoltee.com