Ce
dimanche 8 décembre à Montpellier, un millier de manifestant·e·s
se sont réuni·e·s sur la place de l’Europe afin de manifester
« pour le climat ». Ils étaient une centaine à Paris et plus de trois cents à Bordeaux. La marche montpelliéraine, appelée par « Citoyens
pour le Climat Montpellier », était soutenue par divers
collectifs et organisations comme les Coquelicots, Greenpeace ou
l’association CLOPE (Collecte Locale Organisée Pour
l’Environnement) qui a invité les manifestant·e·s à collecter
des mégots de cigarettes tout au long du défilé. Avant le départ,
plusieurs intervenant·e·s ont pris la parole pour dénoncer
l’urgence climatique et lire des poèmes. Un homme s’est désolé
de l’impact inexistant de la mobilisation « L’affaire du
siècle » il y a de cela presque un an, lorsque Greenpeace,
Oxfam, la Fondation Nicolas Hulot et « Notre affaire à tous »
avaient porté plainte contre l’État pour inaction face au
changement climatique. Pendant la manifestation, l’incontournable
slogan « On est plus chaud que le climat » est toujours
de mise. En arrivant sur la place de la Comédie, une minute de
silence a été observée au pied du globe terrestre « en hommage à
la Terre ». À la fin de la marche, les organisateurs ont remercié
les manifestant·e·s remercient les manifestant·e·s et promis une
nouvelle mobilisation en février.

Les deux batucadas présentes ont assurément maintenu une ambiance festive, mais elles n’auront pas suffi à cacher la déception d’une mobilisation en déclin et en proie aux divisions, la dernière marche pour le climat ayant rassemblé davantage d’organisations et deux fois et demi plus de monde.


Article publié le 08 Déc 2019 sur Lepoing.net