Pour nos édiles le Centre de Rétention Administrative est trop petit, la Police de l’Air et des Frontière pas assez présente, la Mairie demande une action policière d’ampleur sur le quartier Arnaud Bernard au ministre de l’Intérieur.

Vous pouvez consultez le courriez complet du premier magistrat de la ville dans le PS mais voici en toute lettre le passage le plus dur.

« Si nous déployons tous les leviers qui sont à notre disposition pour tenter d’améliorer le cadre de vie dégradé de ce quartier, nous sommes interpellés par les associations du quartier sur le fait que les dealers sont tous des immigrés clandestins, au nombre d’une cinquantaine dans un rayon de 150 m.

Il est incompréhensible aux yeux des habitants du quartier que ces trafics de cigarettes et de cannabis puissent être développés en toute impunité par des sans-papiers.

Donc, nous sommes là aussi sur une problématique d’immigration qui relève strictement de l’État, et non de la Municipalité qui n’a, vous le savez parfaitement, ni la compétence, ni les outils, ni le droit pour agir dans ce domaine. Il ne s’agit nullement de rejeter la responsabilité sur la Police Nationale, car je témoigne de son engagement sur ce quartier.

C’est la raison pour laquelle j’ai rappelé à l’attention de Monsieur le Préfet de la Haute-Garonne, Préfet de la Région Occitanie, par correspondance en date du 23 mai dernier, la nécessité d’une intervention plus massive et régulière de la Police, notamment celle de l’Air et des Frontières (PAF), sur ce quartier, afin d’interpeller ces clandestins. Je l’ai personnellement redit au Préfet le 17 juillet 2018.

Malheureusement, un manque d’effectifs et de places au centre de rétention administrative de Cornebarrieu, voisin de Toulouse, empêche ma demande de trouver une concrétisation. D’après les informations en ma possession, le rythme d’interventions de la PAF sur ce site serait au maximun d’une fois par mois, avec seulement 2 ou 3 interpellattions à chaque fois. A l’évidence, ce rythme n’est pas adapté à l’urgence de la situation. »

Il faut dire que la Mairie n’en est pas à son coup d’essais en matière de “répression ciblée”.

Le tout sur une place où depuis 10 ans la Case de Santé permet aux personnes étrangères de se soigner et où le Secours Catholique organise, entre autres, des petits déj complet pour 20 centimes et un repas gratuit chaque midi de jours fériés.

La question aujourd’hui est quelles solidarités sont possibles pour que cesse ces attaques contre ce quartier et une partie de sa population ?





Par Information Anti Autoritaire Toulouse et Alentours (IAATA),

Source: http://iaata.info/La-Mairie-veut-des-rafles-massives-a-Arnaud-Bernard-2879.html