DĂ©cembre 29, 2019
Par Rebellyon
271 visites


Plus de quarante jours consĂ©cutifs de protestations se sont Ă©coulĂ©s au Chili, et il n’y a aucun signe de diminution de la mobilisation. InitiĂ©e par des Ă©tudiants en rĂ©volte contre une nouvelle augmentation du prix des tickets de mĂ©tro Ă  Santiago, depuis le 18 octobre, elle s’est rĂ©pandue dans tout le pays, multipliant les revendications et faisant descendre dans la rue de larges pans de la sociĂ©tĂ©.

Depuis le dĂ©but de la contestation, de nombreux drapeaux du peuple mapuche ont Ă©tĂ© agitĂ©s dans toutes les manifestations ; sur les murs, les invectives contre la police et les politiciens sont mĂ©langĂ©es Ă  des phrases en mapudungun [langue mapuche].

En mĂȘme temps, depuis les premiers jours du mouvement, des messages de solidaritĂ© avec les protestations du peuple chilien sont partis de diffĂ©rents points du Wallmapu – le territoire Mapuche, qui s’étend vers le sud entre l’Argentine et le Chili.

Nous avons demandĂ© Ă  RubĂ©n CollĂ­o, reprĂ©sentant de la communautĂ© Mapuche de Tranguil et compagnon de Macarena ValdĂ©s, un militant Mapuche tuĂ© en 2016 dans la lutte contre l’installation d’une centrale hydroĂ©lectrique sur le fleuve Tranguil, ce que le soulĂšvement chilien du mois dernier signifie pour le peuple Mapuche.

La lutte Mapuche dans l’insurrection chilienne



– Comment la bataille du peuple mapuche s’inscrit-elle dans les mobilisations qui mettent le gouvernement chilien sous pression ?

– Au cours du dernier mois, le peuple chilien a heureusement, et finalement, commencĂ© Ă  se rĂ©veiller, Ă  rĂ©agir Ă  une anesthĂ©sie, un sommeil collectif dans lequel il a Ă©tĂ© immergĂ© pendant toute la pĂ©riode post-dictature. Les nouvelles gĂ©nĂ©rations sont arrivĂ©es, apportant un air nouveau, avec plus de courage et sans peur, avec des idĂ©es beaucoup plus claires, dans le but de dĂ©fendre leurs droits, et avec la force de le faire. En de nombreux endroits, les gens commencent Ă  comprendre la lutte du peuple mapuche : enfin, les gens se rendent compte que ce n’est pas le peuple mapuche qui est terroriste et violent, qu’il y a eu Ă©normĂ©ment de mensonges, que la presse a cachĂ© tout ce qui se passait, les massacres, l’usurpation de nos territoires, et que l’État essayait de dĂ©lĂ©gitimer les justes revendications de notre peuple. Il y a un Ă©veil des consciences que nous essayons de stimuler depuis trois ans, c’est quelque chose de positif et de juste. Des assemblĂ©es sont organisĂ©es Ă  Santiago et dans tout le Chili, Ă  ConcepciĂłn, Temuco, Talcahuano, Rancagua, Valdivia, ChiloĂ©, Puerto Mont, et dans toutes ces assemblĂ©es il y a une participation Mapuche parce que nous sommes prĂ©sents sur tout le territoire et aujourd’hui plus que jamais nous sommes fiers de dire que nous sommes Mapuche, que nous nous reconnaissons comme Mapuche, et que nous faisons face Ă  tous ceux qui veulent essayer de nous piĂ©tiner.




Source: Rebellyon.info