Septembre 28, 2017
Par Le Pressoir
38 visites


Texte d’analyse sur le mouvement contre la loi travail XXL. Stratégies et finalités possibles de la lutte (d’un point du vue anticapitaliste et anti-étatiste)

Si les droits des travailleurs et des travailleuses sont remis en cause, le mouvement de contestation sociale qui vient dénoncer cette remise en cause se voit confronté à un problème d’ordre théorique et stratégique.

Qu’est-ce à dire ? Des lois comme la loi travail 2 sont d’abord riches d’enseignements. Le système qui met en avant les finalités que sont la « croissance », la « productivité », la « compétitivité », s’il assure qu’une légalité permettant son fonctionnement n’exclut pas la négation des intérêts vitaux de la classe laborieuse (qui rend possible pourtant la création de la valeur, au sens strict), fait à cet instant un aveu explicite. D’une certaine manière, et de façon paradoxale, ce système s’auto-dénonce. De façon impudique, il proclame que ce qui est pour lui « vertueux » correspond, dans les faits, à une occultation des vécus qualitatifs concrets de ceux qui font « fonctionner » la machine, c’est-à-dire correspond à ce qui est scandaleux en soi.

Cet aveu est une aubaine : la classe qui détient le capital, et l’Etat qui défend ses intérêts, nous donnent le bâton pour qu’on les batte. Un cynisme aussi clair nous indique définitivement que le système n’a absolument rien de « sain » (fait que le mythe des « trente glorieuses » tendait à nous faire oublier). Une démonstration aussi radicale d’un mépris institutionnalisé est un appel à l’insurrection.

Quel est le sens d’une « provocation » ?

Celui qui provoque s’attend à une réaction proportionnée à l’ampleur de la provocation. La loi présente sera une ultime provocation, qui appelle une réponse à la mesure du scandale. Dans ce contexte, on ne saurait la réduire à une énième réforme dont il s’agirait simplement d’exiger la « refonte », ou même « l’abolition ». Il y a là plutôt un saut qualitatif qui se joue. Le système de la valeur accumulée montre son vrai visage, et il faudrait savoir saisir cette occasion.

L’inconscient des agents d’entretien du système « républicain » est un vaste champ de ruines que nous pourrions explorer. Ici, des idéaux de jeunesse abandonnés, des renoncements, des abdications. A l’endroit où ils se trouvent, règne en maître une « double pensée » (Orwell) en laquelle il s’agit de formuler, sur un mode phatique, des prescriptions technocratiques désincarnées dont on a pleinement oublié la signification proprement « humaine ». Leur connexion sociale se résume à l’analyse quantitative de « courbes » ou de « graphiques », de « sondages » ou de « statistiques », qui n’a plus rien de tangible. Une parole émerge alors, au sein de ce marasme pathétique : la « vertu » de ce système, nous disent-ils, correspond à la nécessité de piétiner ceux qui permettent son fonctionnement. Et soudainement, ils nous délivrent, indirectement mais certainement, une amère vérité, que nous avions préféré ne plus voir : le système en question, pas une seule seconde, n’a pour finalité la prise en compte et la reconnaissance positive de ses membres laborieux.

Un individu qui reconnaît que sa « vertu » consiste en l’occultation-destruction des autres se dénonce lui-même : sa provocation appelle une réaction proportionnée. De même, un système qui rend possible des lois comme la loi travail XXL est un appel à sa radicale remise en cause, à sa radicale abolition. Inconsciemment, les agents d’entretien du système républicain, en proposant ou en soutenant des projets aussi scandaleusement négateurs de l’humain, savent qu’ils susciteront une réaction proportionnée : ils sont guidés malgré eux par une logique irréversible, qui est la logique de l’auto-dépassement du capitalisme, vers une société post-capitaliste.

Il faudrait donc que nous puissions nous situer à la mesure du scandale.

Deux options sont à envisager dans ce mouvement de lutte : ou bien nous revendiquons exclusivement la suppression de la loi (et ainsi, si nous obtenons gain de cause sur ce terrain, nous pourrons retourner à nos activités « normales », nous pourrons continuer à survivre dans un système qui aura pourtant exhibé aussi fièrement son nihilisme intrinsèque) ; ou bien nous profitons de cette occasion pour promouvoir, de façon plus globale, l’abolition radicale du système, et le passage à de nouvelles formes de vie, créatives et intensives.

Les deux options, bien sûr, ne s’excluent pas mutuellement. D’abord, dans un contexte qui n’est pas encore révolutionnaire, il faut bien sûr défendre les droits des travailleurs et des travailleuses s’ils sont menacés, dans la mesure où, tant que le capitalisme n’a pas été aboli, il faut pourtant bien vivre, et ce dans les meilleures conditions possibles. Mais il devrait être possible aussi, et même nécessaire il me semble, de tenir ensemble les deux finalités : dans le temps où nous défendons les droits des salarié-e-s, dans le temps où nous tentons de réduire les inégalités au niveau de la distribution des marchandises et de la valeur, dans le temps où nous souhaitons éviter que la politique politicienne produise des dégâts irrémédiables, nous pourrions préparer l’avènement d’une société en laquelle seraient abolis le travail, la propriété privée des moyens de production, la marchandise, la valeur, et l’Etat. La focalisation présente sur la loi travail XXL (qui n’est pas qu’un prétexte, mais plutôt un détonateur) ne se priverait pas d’un horizon révolutionnaire, et d’un projet post-capitaliste.

Etre à la « hauteur » de l’aveu scandaleux qui vient de nous être fait, être à la hauteur d’une provocation qui dévoile le système en son être amoral et nihiliste, ce pourrait donc bien être cela : défendre une lutte plus radicale, défendre une remise en cause fondamentale des règles du jeu économique et social, par-delà tout réajustement cosmétique inessentiel.

Cette loi nous dévoile l’être du travail en régime capitaliste. Sachons retenir cette leçon. Quelle est cette leçon ? Le travail, d’abord, est en crise. La révolution micro-informatique a rendu de moins en moins indispensable le travail vivant. Le recours massif à l’automatisation de la production, permettant des gains concurrentiels, produit une inutilité relative d’un bon nombre de travailleurs et de travailleuses. Mais précisément, cette inutilité n’est que relative : car, fondamentalement, le système capitaliste a besoin, en sous-main, du travail vivant exploité, pour que s’accumule, et même pour que se maintienne, la valeur, la force de travail étant la seule « marchandise » susceptible de créer plus de valeur qu’elle n’en coûte. Face à cette contradiction, le capitalisme se confronte à une radicale et irréversible dévalorisation de la valeur. Le travail, devenu inutile, se met à affirmer son irréductible nécessité. La traduction politique de cette tension inhérente au capitalisme n’est pas une ultime reconnaissance des travailleurs et travailleuses, mais bien plutôt leur précarisation irrémédiable, via une législation appropriée : car l’extraction de plus-value doit se faire plus « agressive », plus « efficace », dans la mesure où le système se confronte à la potentialité de son autodestruction.”




Source: