Les raisons en sont à la fois la complexité des procédures et la réticence des entrepreneurs à admettre qu’ils ont déjà eu recours à une main-d’œuvre clandestine et à payer 500 € par procédure, ainsi que l’absence de documents prouvant la durée de séjour des personnes migrantes en Italie.

La résistance contre ces conditions de régularisation a été portée dans la rue le week-end dernier par le groupe « Forum Antirazzista Palermo ».

Ils critiquent les conditions injustes de la loi, qui n’est appliquée que dans les quatre secteurs de l’agriculture, de la pêche, des soins et de l’aide domestique. Cela déshumanise les migrant·e·s qui deviennent de simples outils de travail et en excluent beaucoup à cause de la couleur de leur peau : « En Italie, il y a 700 000 personnes invisibles, femmes et hommes, qui ne peuvent pas obtenir de permis de séjour à cause des lois italiennes et européennes sur l’immigration qui les ont rendus illégaux ces dix dernières années. La récente amnistie de Bellanova exclut la plupart de ces personnes ». L’initiative demande donc l’extension immédiate des procédures de régularisation à tous les domaines de travail et à toutes les personnes (même si leur permis de séjour est expiré depuis longtemps), ainsi que la délivrance d’un permis de séjour pour chercher du travail ou pour des urgences sanitaires et la suppression des coûts de la procédure.

Sources :

Article publié le 12 Juil 2020 sur Mars-infos.org