Ce samedi 13 juin, le juge des rĂ©fĂ©rĂ©s du Conseil d’Etat a suspendu l’interdiction gĂ©nĂ©rale et absolue de manifester sur la voie publique, contenue dans l’article 3 du dĂ©cret du 31 mai 2020 dans le cadre de l’Etat d’urgence sanitaire.

L’Union syndicale Solidaires, avec d’autres organisations syndicales et associatives, avait saisi le Conseil d’Etat pour lui demander de dĂ©clarer illĂ©gale cette restriction du droit de manifester. Il n’était pas possible, pour notre organisation, que la libertĂ© d’expression soit bĂąillonnĂ©e, alors que commerces te transports reprennent leurs activitĂ©s de façon normale.

Le Conseil d’Etat nous a donc donnĂ© raison, et nous nous en rĂ©jouissons.

L’Union syndicale Solidaires regrette toutefois que cette dĂ©cision n’ait pas Ă©tĂ© signifiĂ©e plus tĂŽt Ă  la prĂ©fecture de police de Paris, qui a empĂȘchĂ© ce jour des milliers de manifestant-es rassemblĂ©-es contre le racisme et les violences policiĂšres de dĂ©filer dans Paris Ă  l’appel du collectif Justice pour Adama et les a dispersĂ©s Ă  coup de gaz lacrymogĂšnes.

Ces atteintes au droit de manifester ont aussi eu lieu dans d’autres villes, ce n’est pas acceptable !

Au vu de la dĂ©cision du Conseil d’Etat, l’Union syndicale Solidaires exige que soient abandonnĂ©es toutes les poursuites et amendes Ă  l’encontre des manifestant-es de ces derniĂšres semaines, verbalisĂ©-es ou interpellĂ©-es simplement parce qu’ils/elles exerçaient leur libertĂ© d’expression.

Les interdictions du droit de manifester n’avaient pas dissuadĂ© des dizaines de milliers de personnes de descendre dans la rue pour affirmer leurs convictions. La dĂ©cision du Conseil d’Etat, vĂ©ritable camouflet pour le gouvernement, nous permettra d’ĂȘtre encore plus nombreuses et nombreux aux cĂŽtĂ©s des soignant-es ce mardi 16 juin pour la santĂ©, le social, et les services publics.

Paris, le 13 juin 2020


Documents à télécharger

Article publié le 13 juin 2020


Article publié le 13 Juin 2020 sur Solidaires.org