Janvier 11, 2021
Par Le Monde Libertaire
237 visites


Dans un long entretien Ă  l’Express, le 17 dĂ©cembre 2020, le premier bonimenteur de France a montrĂ© que la Covid 19 ne s’attaque pas Ă  sa langue. Certes, il a Ă©tĂ© dĂ©clarĂ© positif au covid 19 et s’est isolĂ© Ă  la Lanterne, Ă  Versailles, mĂȘme si le virus s’attaque aux poumons et provoque des difficultĂ©s respiratoires. Il a laissĂ© intacte sa langue, ce qui permet au super contaminateur de continuer Ă  distiller son venin, tout aussi mortel que le coronavirus. De cet entretien, fumeux, je ne retiendrais que ce qui suit :

« On finit par ne plus croire en rien ».

Il ne peut pas mieux dire, car il participe largement et au titre de prĂ©sident de la rĂ©publique, c’est lui qui donne le la.
C’est pour cela qu’il sait de quoi, il parle lorsqu’il dĂ©crit : « Le cercle vicieux : un nivellement, qui crĂ©e du scepticisme, engendre de l’obscurantisme et qui, au contraire du doute cartĂ©sien fondement de la construction rationnelle et de la vĂ©ritĂ©, conduit au complotisme. » Comme d’habitude, cet adepte de la restriction mentale dit les choses Ă  moitiĂ© pour abuser ceux Ă  qui il s’adresse. C’est lui et toute sa bande de pĂ©griots [note] (experts, spĂ©cialistes divers et variĂ©s, mĂ©decins, Ă©conomistes, sociologues, psychologues, pĂ©dagogues
 ) qui dĂ©filent Ă  la tĂ©lĂ©vision pour nous expliquer les tenants et les aboutissants des diffĂ©rentes crises gĂ©nĂ©rĂ©es par le systĂšme capitaliste. Tous ces jean-foutre cultivent l’art de nous enfumer, de faire croire qu’ils nous informent alors que c’est le contraire. Seulement, ils pourront toujours s’échiner Ă  vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Ils ont oubliĂ© que le peuple a un cerveau et qu’il n’est pas totalement asservit et qu’il rĂ©flĂ©chit. Leurs discours destinĂ©s Ă  nous aseptiser, Ă  nous dĂ©cerveler sont quasiment sans effet. Le peuple se mĂ©fie. Il a raison. Il finit par ne plus croire en rien. Ne faites pas l’étonner, Monsieur le prĂ©sident, tout le sens de votre action politique est la dĂ©sinformation. Et ça le peuple l’a compris.

Vous Messieurs et Mesdames ceux et celles qui distillez vos mensonges, vous vous rendez compte que vous allez dans le mur. C’est pour cela que vous ĂȘtes omniprĂ©sents (es) dans nos vie, que vous tentez dĂ©sespĂ©rĂ©ment de façonner nos cerveaux Ă  la pensĂ©e dominante. Mais nous ne sommes pas des animaux. Comme vous, nous avons une tĂȘte, un cerveau, des jambes et des bras. Vous avez peur. Les mesures rĂ©pressives que vous prenez, le rĂ©gime policier que vous mettez en place pour que le peuple ne brise pas ses chaĂźnes, pour vous protĂ©ger ainsi que vos biens et le rĂ©gime capitaliste, en sont la preuve. C’est vrai que la majoritĂ© des Français ne croĂźt plus en rien et donc en vous. Vous faites bien d’ĂȘtre inquiets car la colĂšre du peuple gronde et monte et rien ne l’arrĂȘtera, lorsqu’il sera EN MARCHE.

Vous avez une chance extraordinaire, nous ne sommes plus au XVI car, pour vous punir de toutes les vilenies, les saloperies que vous lui avez fait subir vous et ceux qui vous ont précédés, le peuple aurait pu vous faire subir le «supplice de la langue »
A cet Ă©poque, les tortionnaires Ă©taient trĂšs inventifs, vous auriez eu le choix entre avoir :
La langue coupĂ©e, l’exĂ©cuteur la coupait au couteau.
La langue percĂ©e avec un fer rouge, pointu ou Ă  froid, suivant l’arrĂȘt.
La langue arrachĂ©e avec un arracheur de langue, un genre de ciseaux mais pas coupant surdimensionnĂ©s (comme l’ego) de l’actuel,prĂ©sident. Cet arracheur surdimensionnĂ© permettait d’attraper la langue et de la bloquer entre les pinces. Une fois la prise assurĂ©e, le bourreau n’avait plus qu’à tirer un coup sec.

MĂ©fiez-vous, tout de mĂȘme cela vous pend au nez, vous qui avez la langue bien pendue.




Source: Monde-libertaire.fr