Lundi 25 mai, le procès contre les occupants du Waldeck Pyrmontkade 872 à La Haye a eu lieu. Le propriétaire des locaux, RE:BORN real-estate, avait entamé une procédure en référé pour expulser habitant-es. Ils ont également réclamé des dommages et intérêts de 100 000 euros. Nous avions donc décidé de ne pas abandonner et d’aller au procès.

L’histoire de RE:BORN a été mise en doute tout au long de l’audience. Bien que l’affaire ait semblé impressionnante, en y regardant de plus près, elle s’est avérée être essentiellement creuse. Les plans de construction, les contrats avec les entrepreneurs et les futurs locataires et les autres accords d’intention avaient, dans la plupart des cas, déjà été établis et signés il y a deux ans (dans certains cas, une signature nécessaire faisait encore défaut). « Le plan était là, mais il était probablement sur une étagère depuis 2 ans. Comme le dit RE:BORN lui-même dans un article publié par Den Haag Centraal, « nous avons déjà mis quelques projets en attente » (23-04-2019). Avec les éléments du dossier, il ne semblait pas y avoir d’urgence. Il n’a pas non plus été indiqué quand la rénovation allait commencer. Seules les dates des deux dernières semaines ont été mentionnées, pour essayer de montrer que « les squatters font échouer le projet » et pour légitimer une demande de 100 000 euros.

La question de l’octroi du permis unique et de la notification de démolition a également été soulevée. Nous avons fait valoir que l’octroi du permis unique était injustifié et que RE:BORN n’a qu’un rapport de démolition et pas de permis de démolition. Cependant, cela est nécessaire pour la démolition dans un paysage urbain protégé tel que le Zeeheldenkwartier.

En outre, RE:BORN se contredisait constamment. Tout d’abord, il a été soutenu qu’un des accusé-es ne pouvait pas avoir de droit de propriété parce qu’il était enregistré ailleurs, ensuite que la propriété ne pouvait pas être assurée parce que des gens y vivaient et enfin que personne n’y vivait. Les magouilles habituelles n’ont pas non plus été absentes : les squatters auraient illégalement branché l’électricité, auraient eu l’intention de perturber l’ordre pendant l’audience et notre avocat serait « très à gauche » (nous ne savons toujours pas ce que cela a à voir avec l’affaire).

Au dernier moment, le propriétaire a tenté de prétendre que les futures maisons seraient abordables. Il y a également eu un bref commentaire selon lequel RE:BORN essayait de faire face à ses « responsabilités sociales », ce qui a été repris tout simplement des critiques qui avaient été faites à RE:BORN ces dernières semaines. Dans l’ensemble, l’histoire de « la création de 40 logements abordables dans le parc immobilier de La Haye » n’était pas très convaincante.

Le verdict est prévu pour le vendredi 5 juin à 10h00. Gardez un œil sur nos pages pour les dernières mises à jour.

Short Stay? No Way!
short_stay_no_way [at] riseup [point] net
https://shortstaynoway.noblogs.org/


Des squats aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/groups/country/NL/squated/squat
Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/groups/country/NL
Des événements aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/events/country/NL


[ Article publié en hollandais le 2 juin 2020 sur le blog de Short Stay? No Way! https://shortstaynoway.noblogs.org/samenvatting-rechtszaak-waldeck-pyrmontkade-872/ ].


Article publié le 02 Juin 2020 sur Fr.squat.net