Lundi 25 mai, le procĂšs contre les occupants du Waldeck Pyrmontkade 872 Ă  La Haye a eu lieu. Le propriĂ©taire des locaux, RE:BORN real-estate, avait entamĂ© une procĂ©dure en rĂ©fĂ©rĂ© pour expulser habitant-es. Ils ont Ă©galement rĂ©clamĂ© des dommages et intĂ©rĂȘts de 100 000 euros. Nous avions donc dĂ©cidĂ© de ne pas abandonner et d’aller au procĂšs.

L’histoire de RE:BORN a Ă©tĂ© mise en doute tout au long de l’audience. Bien que l’affaire ait semblĂ© impressionnante, en y regardant de plus prĂšs, elle s’est avĂ©rĂ©e ĂȘtre essentiellement creuse. Les plans de construction, les contrats avec les entrepreneurs et les futurs locataires et les autres accords d’intention avaient, dans la plupart des cas, dĂ©jĂ  Ă©tĂ© Ă©tablis et signĂ©s il y a deux ans (dans certains cas, une signature nĂ©cessaire faisait encore dĂ©faut). « Le plan Ă©tait lĂ , mais il Ă©tait probablement sur une Ă©tagĂšre depuis 2 ans. Comme le dit RE:BORN lui-mĂȘme dans un article publiĂ© par Den Haag Centraal, « nous avons dĂ©jĂ  mis quelques projets en attente Â» (23-04-2019). Avec les Ă©lĂ©ments du dossier, il ne semblait pas y avoir d’urgence. Il n’a pas non plus Ă©tĂ© indiquĂ© quand la rĂ©novation allait commencer. Seules les dates des deux derniĂšres semaines ont Ă©tĂ© mentionnĂ©es, pour essayer de montrer que « les squatters font Ă©chouer le projet Â» et pour lĂ©gitimer une demande de 100 000 euros.

La question de l’octroi du permis unique et de la notification de dĂ©molition a Ă©galement Ă©tĂ© soulevĂ©e. Nous avons fait valoir que l’octroi du permis unique Ă©tait injustifiĂ© et que RE:BORN n’a qu’un rapport de dĂ©molition et pas de permis de dĂ©molition. Cependant, cela est nĂ©cessaire pour la dĂ©molition dans un paysage urbain protĂ©gĂ© tel que le Zeeheldenkwartier.

En outre, RE:BORN se contredisait constamment. Tout d’abord, il a Ă©tĂ© soutenu qu’un des accusĂ©-es ne pouvait pas avoir de droit de propriĂ©tĂ© parce qu’il Ă©tait enregistrĂ© ailleurs, ensuite que la propriĂ©tĂ© ne pouvait pas ĂȘtre assurĂ©e parce que des gens y vivaient et enfin que personne n’y vivait. Les magouilles habituelles n’ont pas non plus Ă©tĂ© absentes : les squatters auraient illĂ©galement branchĂ© l’électricitĂ©, auraient eu l’intention de perturber l’ordre pendant l’audience et notre avocat serait « trĂšs Ă  gauche Â» (nous ne savons toujours pas ce que cela a Ă  voir avec l’affaire).

Au dernier moment, le propriĂ©taire a tentĂ© de prĂ©tendre que les futures maisons seraient abordables. Il y a Ă©galement eu un bref commentaire selon lequel RE:BORN essayait de faire face Ă  ses « responsabilitĂ©s sociales Â», ce qui a Ă©tĂ© repris tout simplement des critiques qui avaient Ă©tĂ© faites Ă  RE:BORN ces derniĂšres semaines. Dans l’ensemble, l’histoire de « la crĂ©ation de 40 logements abordables dans le parc immobilier de La Haye Â» n’était pas trĂšs convaincante.

Le verdict est prĂ©vu pour le vendredi 5 juin Ă  10h00. Gardez un Ɠil sur nos pages pour les derniĂšres mises Ă  jour.

Short Stay? No Way!
short_stay_no_way [at] riseup [point] net
https://shortstaynoway.noblogs.org/


Des squats aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/groups/country/NL/squated/squat
Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/groups/country/NL
Des événements aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/events/country/NL


[ Article publié en hollandais le 2 juin 2020 sur le blog de Short Stay? No Way! https://shortstaynoway.noblogs.org/samenvatting-rechtszaak-waldeck-pyrmontkade-872/ ].


Article publié le 02 Juin 2020 sur Fr.squat.net