Avec à son actif cinq albums et des références comme Brassens ou Renaud, on pouvait se dire que Marie était quelqu’un sur qui il fallait compter dans le camp des progressistes.

On en était loin : catho comme ce n’est pas possible, électrice de l’UPR, elle « en pince » de plus pour le fasciste Alain Soral et son site « Egalité et Réconciliation », où dès 2014, elle accorde un interview…
. Dans sa foulée, elle « en pince » aussi pour Dieudonné…

Triste positionnement pour « la gentille » Marie…


Article publié le 15 Mai 2019 sur Demainlegrandsoir.org