Février 7, 2021
Par Le Monde Libertaire
304 visites


Le personnel de la mairie de Saint Denis sort d’une longue grève. Le maire socialiste Mathieu Hanotin n’a pas retiré sa réforme de régression sociale.
La lutte juridique commence.
Un recours à été déposé au Tribunal administratif pour faire invalider la délibération du Conseil municipal qui casse la prime annuelle. L’intersyndicale CGT-FSU-SUD veut aussi prouver que cette délibération injuste a contraint le personnel à 2mois et demi de grève faute de négociation. La posture du maire est avant tout politique quand il se cache derrière des arguments juridiques.
L’intersyndicale veut prouver que la prime est légale car antérieure à 1984. Le maire l’a supprimée pour la conditionner à l’absentéisme lié à la maladie.
Conditionner la prime à de la maladie est discriminant, ce n’est pas dans la loi du RISEEP et il n’ y a aucune parité avec la Fonction publique d’État qui permettrait au maire d’user de ce système de prime au mérite lié à la maladie.
L’ intersyndicale CGT-FSU-SUD de la Mairie de Saint Denis marche sur ses deux pieds dans la lutte pour les salaires et la prime annuelle : après le pas de la grève ,le pas de la lutte juridique.
La justice est lente, la procédure sera longue.
Mais si l’intersyndicale gagne, cela fera jurisprudence, si elle perd, le personnel de la Mairie verra qu ’elle a été combative et dans la loyauté de son engagement unitaire.
À suivre donc, tous ensemble, dans l’unité à la base.

Jean-Jacques Chatelux
Groupe anarchiste Salvador Seguí




Source: Monde-libertaire.fr