Novembre 28, 2020
Par Cerveaux Non Disponibles
334 visites


… même sans l’article 24 de la loi Sécurité globale

Cette semaine n’a pas été à la faveur de l’article 24. Avec l’évacuation de la République et le tabassage de Michel Zecler, le crash test est foiré, la réalité a parlé. Le fait qu’il légalise une pratique mafieuse empêchant la production de preuves de violences policières et qu’il touche à la liberté de la presse, chère à la corporation des journalistes le rend dur à avaler. Il est probablement déjà mort né. Sans compter que la colère qu’il suscite est en train de produire l’inverse de l’effet recherché.

Par contre, si jamais les autres dispositions de la Loi Sécurité globale et la future loi Séparatisme sont adoptées, Macron aura réussi à poser les piliers d’un état policier couplé à une ségrégation islamophobe légalisée. 

Une question : si l’article 24 saute, restera-t-il des journalistes et des organisations citoyennistes pour s’opposer à cette descente aux enfers ? 

Le maintien de l’article 24 est devenu intenable

En une semaine, pas moins de deux cas d’école viennent de prouver que l’article 24 de la loi sécurité globale est incompatible avec le besoin de vérité dans les affaires de violences policières. Lundi, l’évacuation inhumaine des réfugiés de la place de la République et jeudi le tabassage de Michel Zecler à son studio de musique ont véritablement plongé le gouvernement dans sa propre merde. Maintenant, on se demande plutôt combien de Michel sont actuellement derrière les barreaux pour faute d’images contredisant les mensonges policiers

Par ailleurs la défenseure des droits et de nombreux juristes ont montré que dans les faits, cet article 24 est inutile puisque des lois existent déjà pour réprimer les délits qu’il prétend cibler. Bref, politiquement, cet article 24 est probablement devenu un poids trop lourd à porter pour le gouvernement. Et la création par Castex d’une commission pour « une nouvelle écriture » de l’article, qui au final ne concernera pas l’article 24… ne fait que confirmer cette impression.

Il est probable que le gouvernement finira par lâcher l’article 24 ou le fera passer déplumé de toute sa substance afin de préserver les autres articles qui apparaissent bien plus juteux en terme d’intensification du contrôle sur la population. Au vu des conséquences de la pauvreté de masse qui s’annonce, nul doute qu’il a besoin au plus vite d’un cadre légal et de moyens répressifs surdimensionnés pour asseoir sa politique inégalitaire.

Loi Sécurité globale ou comment faire de la France le premier pays sécuritaire d’Europe

Deux aspects nous paraissent essentiels au delà de l’article 24 et il en a été très peu question dans les débats.

Des pouvoirs élargis pour toutes les forces armées intérieures : police nationale, municipale, privée

Il y a tout d’abord une extension de pouvoir, et donc de moyens, à la police municipale. « Les polices municipales placées sous l’autorité politique des maires se voient reconnaître avec cette loi des pouvoirs et des missions de plus en plus proches de ceux de la police nationale. » note une tribune parue dans le Monde aujourd’hui (Loi « sécurité globale » : « La France devient le premier pays sécuritaire de l’Union européenne »).

Grosso modo, il s’agirait pour les municipaux de faire le boulot de la police nationale pour libérer cette dernière pour le maintien de l’ordre. Elle serait également moins qu’avant, sous le contrôle des maires.

Ensuite, cette extension de pouvoir policier concerne aussi le secteur privé. La loi donne la possibilité aux policiers de pouvoir se reconvertir dans ces secteurs une fois la retraite arrivée ou lorsqu’ils décident de raccrocher le flashball républicain. Il faut aussi noter que la loi permet une extension des missions du privé qui pourrait désormais s’occuper de la sécurité publique et ce avec des prérogatives répressives étendues. Le cas concret qui s’annonce est clairement le déroulement des prochains jeux olympiques à Paris, cités comme exemple à l’Assemblée Nationale par un des rapporteurs de la loi, ancien policier du Raid, Jean Michel Fauvergue.

Voilà donc des aspects bien concrets de la loi qui comptent à la fois financièrement dans la vie d’un policier et qui donnent par dessus tout les possibilités à ce corps de métier d’une extension inédite du pouvoir répressif et du contrôle permanent de nos vies. Comme le dit le docteur en droit Yves Jeanclos « l’Etat pourrait avoir à sa disposition répressive, au quotidien, pas loin d’un demi million d’agents du maintien de l’ordre et de la sécurité intérieure, soit un potentiel ratio d’environ un fonctionnaire des forces intérieures pour 150 habitants (contre un pour 281 en 2018), la France devenant le premier pays sécuritaire de l’Union européenne. »

Après la phase test, la technopolice passe à l’échelle industrielle

Alors que la France se situe déjà dans le top des pays dits démocratiques par ses moyens juridiques et policiers de surveillance et de contrôle de sa population civile, le gouvernement semble lancé, sans aucun débat public, dans une course aveugle au déploiement de technologies de surveillance de masse. Le traitement en direct des images de drones dont l’usage serait largement étendu, de celles des caméras qu’elles soient policières, de rue, ou de hall d’immeuble et la reconnaissance faciale prévus par cette loi constitueraient un pas en avant immense vers une société où les moindres faits et gestes quotidiens des citoyens pourront être surveillés.

Loi Séparatisme ou la construction d’un ennemi intérieur

Il a beaucoup été question de la pratique journalistique à propos de cette loi. Mais au delà de la liberté de faire, il y a une liberté bien plus importante qui s’annonce ciblée, c’est celle d’être. Car ne l’oublions pas, cette loi s’inscrit dans un contexte où l’Etat profite du choc des attentats terroristes pour terroriser à son tour celles et ceux qu’il estime pouvoir jeter à la vindicte populaire. Avec la loi Séparatisme qui s’annonce, l’Etat se désigne son ennemi numéro un, car s’il est une règle de pouvoir cardinale c’est de se désigner un ennemi à combattre pour cacher les vrais problèmes. Les musulmans sont plus que jamais les cibles des fakenews et fantasmes de l’extrême droite avec qui le macronisme joue la concurrence.

Ce qui s’annonce avec ces deux projets de loi, Sécurité globale et Séparatisme, c’est une société de la surveillance, de la suppression des libertés publiques et de la suspicion généralisées construite sur la paranoïa islamophobe. Pour reprendre la formule de Guillaume Meurice, « on ne pourra pas dire qu’on a pas vu venir le fascisme. Il arrive en klaxonnant ! »

Là où les gens se connaissent, se font confiance et prennent le temps de penser et d’agir ensemble, nous pouvons faire échouer le gouvernement et la société de contrôle. Nous pouvons gagner ! 




Source: Cerveauxnondisponibles.net