Novembre 28, 2020
Par CNT-F 66
363 visites


La fin de l’instruction en famille…

Le vendredi 2 octobre, Macron a annoncĂ© un nouveau coup dur pour les parents ayant optĂ© pour l’instruction en famille. AprĂšs le renfort des contrĂŽles depuis juillet 2019 avec la loi « pour une Ă©cole de la confiance1 Â», un projet nommĂ© « loi sur le sĂ©paratisme Â» puis « projet de loi renforçant la laĂŻcitĂ© et les principes rĂ©publicains Â» sera proposĂ© le 09/12/20 en Conseil des ministres. Sous couvert de situations oĂč des enfants sont non scolarisĂ©s Ă  des fins d’enseignements islamistes radicaux, l’instruction en famille serait supprimĂ©e, sauf pour cause de santĂ©, d’itinĂ©rance et d’entraĂźnements sportifs de haut niveau.

L’instruction en famille concerne 50 000 enfants, chiffre en hausse chaque annĂ©e. Sur ce nombre, nous sommes en droit de nous demander combien sont des enfants sous emprise religieuse radicale, et nous pouvons nous interroger Ă©galement sur la neutralitĂ© de certaines Ă©coles existantes, par exemple chrĂ©tiennes (affaire st Eloi rĂ©vĂ©lĂ©e par le reportage « les infiltrĂ©s Â»2).

Ce qui est plutĂŽt visĂ© ici est un enseignement qui dĂ©plaĂźt par le manque de contrĂŽle des pensĂ©es qu’il reprĂ©sente, par l’affirmation de libertĂ©s quant Ă  la mĂ©thode de transmission des savoirs. Alors que, pendant le confinement, des parents ont pu mesurer les bienfaits de l’enseignement par leurs soins, et que beaucoup s’interrogent et mĂȘme s’inquiĂštent du fait du port du masque en terme de santĂ©, de socialisation, de soumission Ă  des injonctions non fondĂ©es (le masque ne protĂšge pas vĂ©ritablement du virus d’aprĂšs certains professionnels des santĂ©3), le gouvernement veut scolariser tous les enfants, les mettre sous son contrĂŽle. Or, c’est sans donner les moyens humains et financiers aux professeurs de faire un travail de qualitĂ© oĂč chacun ait le temps de s’exprimer et d’écouter les autres. On devrait donc se satisfaire de scolariser son enfant dans un milieu oĂč l’on ne donne pas les moyens aux enseignants de faire correctement leur travail (surnombre, multiplicitĂ© des rĂ©formes…) et ne plus avoir l’alternative, le choix de l’affirmation d’un bien-ĂȘtre supĂ©rieur pour l’enfant (vie en connexion avec la nature par exemple, enseignement selon les centre d’intĂ©rĂȘts de l’enfant, rĂ©ponse Ă  une phobie scolaire…). L’accĂšs Ă  des Ă©coles oĂč la pĂ©dagogie serait plus en adĂ©quation avec ces choix de parents et d’enfants est extrĂȘmement restreint (peu d’écoles par secteur gĂ©ographique et apport financier nĂ©cessaire de la famille).

Selon le gouvernement, l’instruction en famille n’aurait jamais Ă©tĂ© jugĂ©e comme composante de la libertĂ© d’enseignement par le conseil constitutionnel et ce projet de loi serait alors en accord avec la Constitution. Cette loi liberticide pourrait ainsi donner naissance Ă  des gĂ©nĂ©rations de bambins tous formatĂ©s et vaccinĂ©s, Ă  des gĂ©nĂ©rations d’enfants qui ne pourront Ă©chapper Ă  des programmes imposĂ©s… sans aucun moyen de s’extirper d’un systĂšme scolaire qui prend depuis longtemps, et de plus en plus, l’allure d’usine Ă  reproduire les inĂ©galitĂ©s sociales …alors que certaines personnes cherchent un moyen de s’épanouir hors d’un systĂšme arrivĂ© Ă  bout de souffle et complĂštement dĂ©connectĂ© des enjeux humains…

Nous devons organiser une résistance à ce passage en force à peine argumenté du gouvernement pour renforcer la normalisation de notre société.

1https://www.education.gouv.fr/la-loi-pour-une-ecole-de-la-confiance-5474

2https://www.lemonde.fr/societe/article/2010/04/30/la-justice-ouvre-une-enquete-sur-l-extreme-droite-bordelaise-apres-les-infiltres-sur-france-2_1345418_3224.html

3https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-coronavirus-si-masques-faisaient-plus-mal-bien-80893/

https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/15/pourquoi-l-oms-ne-recommande-t-elle-pas-le-port-du-masque-a-toute-la-population_1785308




Source: Cnt-f.org