Après la chute du mur de Berlin on a beaucoup parlé de la fin du communisme. La question que je pose est : ne serait-il pas temps de parler de la fin de l’anarchisme ?

Certains camarades ont pu penser qu’après l’effondrement de l’URSS le mouvement anarchiste allait enfin pouvoir s’ex­primer, se développer : Le communisme maintenant définitive­ment abattu, en grande partie par ses propres erreurs, avait été la principale entrave au développement de l’anarchisme par l’illu­sion de socialisme qu’il proposait aux masses ; mais maintenant la voie était libre au développement d’une véritable alternative au capitalisme.

Presque vingt ans plus tard il faut bien constater que pas grand chose n’a changé au caractère confidentiel dans lequel se trouve le mouvement anarchiste dans ses différentes et multiples formes.


Article publié le 11 Fév 2020 sur Monde-nouveau.net