Janvier 29, 2021
Par Union Communiste Libertaire (UCL)
187 visites


La mobilisation contre le projet de loi SĂ©curitĂ© globale a dĂ©marrĂ© en novembre dernier. Depuis, les manifestations se succĂšdent construisant un large dĂ©bat de sociĂ©tĂ© sur les violences policiĂšres et leur impunitĂ©. Mais aussi sur leur rĂŽle dans le maintien de l’ordre dominant.
Le projet de loi sur le « sĂ©paratisme Â», mĂȘme rebaptisĂ©, est l’autre offensive majeure contre les libertĂ©s publiques : il vise Ă  stigmatiser une partie de la population, celle de confession musulmane ou considĂ©rĂ©e comme telle, pour diviser les classes populaires.
L’Union communiste libertaire appelle à combattre cette double offensive du pouvoir macronien tout en convergeant avec les luttes sociales en cours.

C’est par centaine de milliers et sur 200 villes que les manifestant·es contre la loi sĂ©curitĂ© globale se mobilisent depuis bientĂŽt trois mois.

Les cadres unitaires locaux se sont multipliĂ©s dans lesquels on retrouve la plupart du temps les organisations syndicales CGT, FSU et Solidaires, les associations comme Attac ou la LDH, les collectifs de familles de victimes de crimes policiers et les organisations de gauche et d’extrĂȘme-gauche. Les groupes et militant·es de l’UCL prennent bien sĂ»r une part active Ă  cette mobilisation. Pourquoi ?

Museler et soumettre

Parce que la loi sĂ©curitĂ© globale donnera plus d’impunitĂ© encore aux violences policiĂšres en entravant leur documentation. Des violences qui revĂȘtent souvent un caractĂšre raciste, frappent les classes populaires lĂ  oĂč elles vivent comme lĂ  oĂč elles luttent.

Cette loi prĂ©voit Ă©galement une saturation sĂ©curitaire de l’espace public (gĂ©nĂ©ralisation des drones et des camĂ©ras piĂ©tons) : lĂ  encore ce sont nos contestations qui sont la cible de cette surveillance.

S’y ajoutent des dĂ©cisions du gouvernement facilitant le fichage des opinions politiques, religieuses ou syndicales, des comportements et habitudes de vie.
Il s’agit bien de museler et soumettre. À l’appui de forces de l’ordre, celui de ceux qui nous exploitent et nous oppriment.


La double face liberticide du pouvoir macronien
Tract de l’UCL, 28 janvier 2021

Nous ne nous laisserons pas diviser

En parallĂšle du projet de loi « sĂ©curitĂ© globale Â», celui sur le « sĂ©paratisme Â», mĂȘme rebaptisĂ© « confortant le respect des principes de la RĂ©publique Â», est l’autre face liberticide de l’offensive en cours.

Personne ne peut nier que ce projet de loi s’inscrit dans la lignĂ©e des politiques de stigmatisation islamophobes : il s’agit bien une fois de plus de dĂ©signer les personnes musulmanes ou considĂ©rĂ©es comme telles comme des ennemis de l’intĂ©rieur.

Ce projet de loi prĂ©voir Ă©galement la crĂ©ation d’un dĂ©lit d’intention et d’une responsabilitĂ© collective pour les associations qui auraient l’obligation d’agir pour la « sauvegarde de l’ordre public Â». LĂ  encore, quel ordre ?

Ces attaques liberticides interviennent dans un contexte de crise sanitaire et sociale extrĂȘmement grave. Une crise qui va se traduire par des centaines de milliers de licenciements et de destructions d’emploi.

Il nous appartient de renforcer et d’organiser toutes les contestations, toutes les rĂ©sistances, toutes les mobilisations. En commençant par manifester le 30 janvier et ĂȘtre en grĂšve le 4 fĂ©vrier.

Face au pouvoir des dominants et du Capital, construisons le pouvoir populaire !

Union communiste libertaire, le 28 janvier 2021




Source: Unioncommunistelibertaire.org