Juin 30, 2016
Par Monde Nouveau
360 visites


Antonio Albiñana, Mercedes Arancibia, “La última entrevista con Gastón Leval” in Tiempo de historia. Año IV, n. 46 (1 sep. 1978) p. 10-21. Traduit de l’espagnol par Monica Jornet

Gaston Leval, grande figure de l’anarchisme et éminent historien des collectivités libertaires de la guerre civile, est décédé début avril [1978] à Paris. Homme à la biographie passionnante, doté de cette vocation universelle et humaniste qui animait les premiers internationalistes, Gaston Leval – de son vrai nom, Philippe [Pierre] Piller – a été l’un des plus grands connaisseurs de la pensée de Bakounine, tout en maîtrisant la théorie marxiste dont il fit une critique implacable après avoir connu la réalité soviétique et s’être entretenu avec Lénine et Trotsky. Autodidacte, ayant exercé les métiers les plus divers depuis l’âge de douze ans, Leval arriva en Espagne sous le nom de José Benito, fuyant en tant qu’objecteur de conscience, la première guerre mondiale. Il intégra immédiatement les groupes anarchistes et plus tard la CNT, jusqu’à ce que la dictature de Primo de Rivera ne l’oblige à s’exiler en Argentine. Il avait auparavant parcouru toutes les régions de la péninsule comme photographe ambulant, afin de recueillir des données économiques pour le livre qu’il devait publier par la suite sous le titre “Structure et fonctionnement de la société communiste libertaire”.




Source: