Janvier 22, 2021
Par Rennes Info
352 visites


Le samedi 9 janvier 2021, les comités de soutien aux personnes arrêtées pour avoir participé ou organisé la « rave » de Lieuron, avaient appelé à un rassemblement place de la république à Rennes à 14h. Le rassemblement ayant été interdit par arrêté préfectoral, le rassemblement avait été annulé par les organisateurs.

Au même moment, une manifestation autorisée en soutien au peuple Kurde se déroulait de la dalle du colombier à la place de la république à Rennes

Le 20 janvier 2021, un des responsables du syndicat SUD a eu la désagréable surprise de recevoir une contravention de 4ème classe pour : « Rassemblement interdit sur la voie publique dans une circonscription territoriale en état d’urgence sanitaire….place de la République à 15h ». Or :

  • Notre collègue passait à 15h par le centre-ville pour rejoindre la manifestation autorisée de soutien au peuple Kurde
  • Aucun rassemblement ne se déroulait place de la république à 15h et, seule, la manifestation de soutien au peuple Kurde arrivait du pont Pasteur pour finir à 15h30 place de la République
  • Il n’a fait l’objet d’aucune interpellation, aucune arrestation, aucun contrôle d’identité
    Manifestement l’agent verbalisateur n° 00692627 qui semble avoir rédigé la contravention est un adepte du « télétravail » avec dans sa poche quelques noms de syndicaliste connus qui peuvent servir à faire du chiffre…

Au-delà du grotesque de la situation, il faut constater que la contravention n’est pas établie en application du code pénal mais….en application du code de la santé publique !! Il est vrai que ce code a été modifié par « l’Etat d’urgence sanitaire » (décrets du 11 mai 2020 et du 14 novembre 2020) dont certaines dispositions n’ont à rien à envier à celles de l’état totalitaire soviétique qui s’autorisait à mettre en quarantaine, à l’isolement et en hôpital psychiatrique ses opposants….


« Qui fait des « teufs » va en prison, qui vole des millions va au palais bourbon » !!

L’histoire est cruelle quand on compare les faits.

Il faut 25 ans pour que faire passer en procès 2 politiciens (Edouard Balladur, François Léotard) qui ont détourné quelques millions pour financer leur campagne électorale de 1995…

Mais il faut quelques semaines pour multiplier les arrestations et les mises en examen de jeunes soupçonnés d’avoir participé ou organisé la free party à Lieuron le 31 décembre 2020.

Le syndicat SUD-PTT d’Ille et Vilaine est choqué de voir le mercredi après-midi 20 janvier 2021 un jeune collègue travaillant dans un établissement de La Poste se faire embarquer sans ménagement par 5 policiers pour une longue garde à vue parce qu’il aurait participé à la « rave » de Lieuron.

De la même façon, un jeune homme de 22 ans, sans casier judiciaire, est maintenu en détention préventive alors que la quinzaine de policiers qui ont violé le couvre-feu, utilisé des voitures de police et occasionné un tapage nocturne devant le domicile de La Maire de Rennes ne font l’objet d’aucune poursuite judiciaire !

Nous, syndicalistes, qui avons pour mission la défense des conditions des salariés, des chômeurs et des retraités sommes aujourd’hui dans l’obligation de défendre au préalable les libertés fondamentales, liberté d’expression et de manifestation, liberté d’aller et venir et toutes libertés de la convention européenne des droits de l’Homme (CEDH) car la démocratie est en péril…

Rennes le 22 janvier 2021

Sud-PTT d’Ille et Vilaine

Le bureau départemental




Source: Rennes-info.org