Décembre 15, 2020
Par La Feuille De Chou
379 visites


Ouvrez les salles

Strasbourg feuilledechouphoto

Travailleurs du spectacle en lutte pour la survie de la culture from feuille de chou on Vimeo.

Le spectacle est dans la rue, les salles fermées. from feuille de chou on Vimeo.

Castex a mis le feu aux poudres et augmenté la colère des travailleurs du spectacle en annonçant que la date du 15 janvier initialement prévue pour rouvrir les cinémas, les théâtres, les salles de musique, de danse, etc, était repoussée aux calendes grecques. Car le 7 janvier est conditionné à une baisse du nombre de cas de Covid-19. Les artistes, les techniciens se sont préparés, à l’image du TNS qui devait donner Phèdre ce 15 décembre. Plusieurs petites compagnies et des producteurs étaient mobilisés pour l’affirmer. Et de quoi vivront les nombreux (155) intermittents en Alsace? Et patatras, les dates sont repoussées à on ne sait quand. Et ceci après que ni Macron ni Castex n’ont considéré que le spectacle était un bien essentiel. Donc, on peut se masser devant les grands magasins, les hypers, on peut consommer des marchandises utiles ou pas, mais surtout pas de culture qui certes n’est pas un produit de consommation du même genre. En réalité, ces biens que sont le cinéma, le théâtre, la musique, la danse, la poésie, sont jugés non essentiels! Ces gens-là ne jurent que par le profit, le fric et les dividendes des actionnaires. Ils oublient, ces crétins sans neurones, que dans les camps de concentration et les camps de la mort, un poème récité intérieurement ou en public, une pièce de théâtre, un concert, un dessin griffonné, un cours de philosophie ou de mathématiques avaient bien plus de valeur vitale que les soupes infâmes dont les nazis les nourrissaient ou un quignon de pain de quelques grammes. C’est ce qui a permis la survie de certains, comme on peut le lire dans les témoignages et la littérature, comme celle de Primo Lévi ou Robert Antelme.




Source: La-feuille-de-chou.fr