Nous vous faisons part de cette lettre d’opinion qui nous est parvenu par courriel. N’hésitez pas à faire de même et nous envoyer vos nouvelles et lettres d’opinion.

Les théories du complot, les pseudo-sciences et les croyances trompeuses ne datent pas d’hier. S’il y a bel et bien des conspirations réelles dans notre société, par le fait que des gens cherchent à s’enrichir toujours davantage sur le dos des autres avec l’aide de nos politiciens par exemples, les théories du complot ont trait à de grandes mythologies loufoques du monde contemporain. Ces dernières s’ancrent souvent dans des fondements rationnels, comme la fabrication du consensus social par des médias monopolistiques, l’impuissance et l’aliénation collective face aux forces dominantes et le contrôle social exercé par l’État et les grands capitalistes. En revanche, le mythe construit par les théories du complot, les pseudo-sciences et les croyances trompeuses s’éloignent de ces fondements en préférant aux explications scientifiques et rationnelles des échafaudages de théories sordides et de chasse aux marionnettes. Plutôt que d’analyser l’effet du pouvoir et de la propriété ou l’origine de l’accumulation des richesses, ces théories cherchent à pointer du doigt des individus ou des groupes de personnes malfaisantes. L’effet de ces théories n’a rien de positif, même si certaines personnes pourraient croire qu’elles puissent mettre en doute les formes de domination. En recherchant des cibles et des réponses faciles aux rapports sociaux, ces théories construisent l’impuissance d’une réponse populaire en trompant les gens quant au fonctionnement du système.

Au temps de la Covid-19, ces théories et croyances trompeuses sont sans doute plus présentes que jamais dans la population. Un article du Devoir, en mai dernier, rapportait que jusqu’à la moitié des canadiens et canadiennes y croyaient dans le contexte de la pandémie. Certes, les gens recherchent des réponses à leurs questions. Des groupes en profitent également pour chercher à rallier les sceptiques de l’action du gouvernement autour d’eux et d’elles afin de les mobiliser dans leurs causes. C’est ainsi que les différentes figures de l’extrême-droite confusionniste du Québec se sont lancées à corps perdu dans la mise en doute de la Covid-19 et les théories du complot. Du complot d’une invasion secrète du Québec par l’Islam au complot d’un Nouvel ordre mondial contre la (cyber)liberté de ces hurluberlus, il n’y avait qu’un pas. Certains, comme André Pitre, animateur d’une webradio d’extrême-droite, ont même pu soutirer des milliers de dollar à la campagne bidon de fausses vedettes qui cherchaient à poursuivre le gouvernement du Québec (voir la pseudo-« Fondation pour la défense des droits et libertés du peuple » – une arnaque incroyable!). Les conspirationnistes André Pitre (Stu-Dio) et Alexis Cossette-Trudel (Radio-Québec) pensent, comme les partisans des conspirationnistes d’extrême-droite de QAnon, que la Covid-19 serait une fabrication dans laquelle entrerait en jeu une « élite pédosataniste », que Trump éliminera (seulement!) s’il est réélu. (LOL) Malgré l’absurdité sans nom de ces propos et leur fonction certaine de ralliement de segments les plus idiots de l’électorat pour Trump, ces théories ont mobilisé différentes personnes comme l’ex-comptable Stéphane Blais, la comédienne Lucie Laurier, ainsi que localement, au Saguenay, un petit groupe de personnes qui a réalisé une action sur la Place du citoyen dernièrement. L’internet amène un cloisonnement de la pensée et c’est la fin des critères de vérité partagés dont parlait Jürgen Habermas. Sur les réseaux sociaux foisonnent des communautés de pensée recluses, renfermées, confortées et repliées sur elles-mêmes.

Cela dit, il y a bien des raisons de craindre le pouvoir du spécialiste en sarreau blanc ou le gouvernement de la science. À ce sujet, Foucault a tout de même analysé les biais et les rapports de domination qui pouvaient s’exercer dans le rapport entre les experts du domaine médical et leurs patients et patientes. De même, face au contrôle abusif des médecins et au manque de choix libres et éclairés, de nombreuses militantes féministes ont longtemps milité pour des pratiques d’autosanté ou des institutions alternatives (exemple : les maisons de naissance), les rendant plus autonomes face à leur corps et à leur santé. Si l’on peut être critiques face au pouvoir des experts et les rapports d’hétéronomie, nous pourrions en revanche difficilement nous passer de leurs connaissances et de leur apport. Il y a un équilibre à chercher, mais dans cette quête mieux vaut éviter les pseudo-sciences. Il y a actuellement des formes de prévention (voir par exemple la distanciation physique et le masque) qui peuvent nous permettre de limiter autant que possible le nombre de personnes qui décèdent des suites des complications de cette pandémie. Des formes de prévention qui peuvent nous empêcher d’en venir aux situations déshumanisantes, vues dans plusieurs pays, de tri des personnes qui pourront avoir accès aux soins d’urgences et celles qui n’en auront pas par manque de lits. Des formes de prévention enfin qui peuvent nous solidariser avec les travailleuses et travailleurs du milieu de la santé, abandonné-e-s depuis des décennies par l’État et ses coupures drastiques, épuisé-e-s en se donnant à chaque quart de travail pour les autres. Pour les autres. C’est avant tout pour les autres que nous devrions penser et agir. L’efficacité de la santé préventive n’est pas absolue et des mesures comme les restrictions au tabagisme et les protections contre les I.T.S.S n’ont pas complètement enrayé les fléaux qu’ils combattent. Nous pouvons néanmoins constater que l’approche préventive est de loin plus avantageuse en tant que société que l’approche curative que ce soit au niveau des impacts sur la santé, des coûts ou même sur l’autonomie des gens. Quand les conspirationnistes parlent de leur liberté, il y a en effet matière à réflexion. Notre liberté est indissociable de celle des autres et ne peut s’exercer qu’au sein de rapports égalitaires avec les autres. Autrement, cette soi-disant « liberté » ne fait qu’alimenter le monde d’injustice, d’oppression et de privilège dans lequel nous vivons.

Éric Troulx


Article publié le 09 Juil 2020 sur Ucl-saguenay.blogspot.com