TN Rabiot Police Officiel est un groupe privé sur Facebook dans lequel des policiers, mais aussi des gendarmes, s’échangent des « centaines de message racistes, sexistes ou homophobes ainsi que des appels au meurtre » (réf streetpress.com).

Châtenoy est une paisible commune de Seine-et-Marne de 172 habitants dont le maire, Denis CELADON, vient d’être réélu brillamment en mars dernier par les Castelnéociens.

Si la renommée de Châtenoy ne s’étend guère, aujourd’hui encore, qu’au-delà des villages voisins, nous sommes en droit de nous demander, si ladite commune n’est pas en passe de pouvoir accéder non pas à une célébrité certaine, mais pour le moins à une certaine célébrité, attendu que l’une des conseillères municipales de ce charmant petit village, policière de son état, a créé sur Facebook le groupe privé TN Rabiot Police Officiel, (dont elle est l’une des « modératrices »).

Si la création et l’existence d’un groupe privé de policiers sur Facebook est un non événement en soi, l’existence d’un groupe privé sur lequel des policiers, mais aussi des gendarmes, s’échangent des « centaines de messages racistes, sexistes ou homophobes et des appels au meurtre » (1) n’est pour le moins pas banal – tout du moins peut-on l’espérer – au sein d’un pays qui se revendique encore celui de la patrie des droits de l’homme.

Il ne reste plus à espérer que, comme le firent jadis Didier Proriol et Armelle Carrasco, suspectés d’abus de confiance et de détournement de fonds publics dans « l’affaire Ressources », cette élue municipale démissionne de ces fonctions, afin que cette affaire ne cause pas de dommage collatéral à la paisible commune de Châtenoy.

Tout sur cette affaire de racisme policier, sur Streetpress.

Abacab


Article publié le 06 Juin 2020 sur Dijoncter.info