Mai 14, 2021
Par Paris Luttes
335 visites


Ce matin du vendredi 14 mai, au beau milieu du pont de l’Ascension, trois articles d’affilĂ© revenants de prĂšs ou de loin sur les Ă©vĂ©nements du 1er mai ont Ă©tĂ© publiĂ© sur Paris-luttes.info :

À la suite des tensions et affrontements entre manifestant-e-s qui ont notamment Ă©maillĂ© la manifestation parisienne, le site Ă©tait plutĂŽt restĂ© Ă  l’écart des invectives et propos insultants qu’on retrouvait alors de toutes parts sur les rĂ©seaux sociaux [1]. Quand j’écris « le site Â», rappelons ici qu’il s’agit d’un outil collectif qui n’appartient nullement Ă  l’équipe de modĂ©ration, mais Ă  toutes les personnes qui contribuent Ă  le faire vivre en proposant des articles, en les lisant et en les partageant, c’est Ă  dire tout plein de monde qui participe aux luttes sociales. Cette « communautĂ© Paris-luttes Â» on pourrait dire, aux frontiĂšres certes floues, avait donc assez sagement jugĂ© dans son ensemble [2], en cohĂ©rence avec la ligne « refus des embrouilles de milieu Â», que ce n’était pas le moment de rajouter de l’huile sur le feu avec des rĂ©actions « Ă  chaud Â» pas toujours forcĂ©ment constructives…

Deux semaines plus tard arrive donc finalement cette sĂ©rie d’articles, de plus ou moins bonne qualitĂ©, chacun avec des points de vues diffĂ©rents, mais respectant tous a priori globalement le texte d’intention du site. On se doute que la publication quasi-simultanĂ©e relĂšve Ă  la fois du temps de rĂ©flexion et d’élaboration pris par les diffĂ©rents rĂ©dacteurs-rices et du timing choisi par la modĂ©ration. On se doute que l’idĂ©e gĂ©nĂ©rale Ă©tait de faire cohabiter dans un mĂȘme espace temporel et numĂ©rique ces diffĂ©rents points de vues, que les textes les plus constructifs et argumentĂ©s rĂ©pondent au plus « coup de gueule Â». Mais bien que ces trois articles aient successivement Ă©tĂ© publiĂ©s Ă  9h, 10h et 11h, un seul peu avant 14h faisait vraiment du « buzz Â» sur twitter, celui intitulĂ© « Pourquoi j’ai attaquĂ© la CGT Â». En moins de 4h, ce texte a Ă©tĂ© retweetĂ© plus de 100 fois (ce qui est beaucoup pour le compte @Paris_luttes, qui cumule certes presque 30 000 abonnĂ©.e.s mais qui reste trĂšs peu animĂ©), tandis que les deux autres moins de 5 fois ! C’est aussi celui qui compte le plus de commentaires, la plupart du temps nĂ©gatifs, parfois insultants voire menaçants, bref ce qu’on peut appeler une « shitstorm Â».





Captures d’écran des articles sur twitter vendredi 14 mai peu avant 14h



RĂ©sultat des courses, de par l’écho qu’il a trouvĂ© sur twitter, ce texte a finalement touchĂ© beaucoup plus de monde que les deux autres, renforçant de cette maniĂšre les tensions nĂ©es de ces Ă©vĂ©nements plutĂŽt que les pistes esquissĂ©es pour en sortir par le haut. Sur un sujet aussi complexe pour les libertaires et le mouvement autonome que les relations avec les syndicats, la CGT ici en particulier et son SO, les deux textes cherchant Ă  aller un tout petit peu plus loin que le « billet d’humeur Â» se retrouvent invisibilisĂ©s, lus par seulement quelques centaines de personnes lorsque l’autre en touchera plusieurs milliers.

Une fois fait ce constat, quelles conclusions en tirer ?

  • Aurait-il fallut que la modĂ©ration soit plus vigilante et ne laisse pas passer ce texte, dont le ton et le contenu peuvent ĂȘtre perçus comme Ă  la limite du texte d’intention ? Elle semble avoir fait son choix en conscience de cause, mais il est clair que l’équilibre entre l’expression de la diversitĂ© des points de vues au sein des luttes sociales et ce qui relĂšve de « l’embrouille de milieu Â» n’est pas toujours Ă©vident Ă  trouver…
  • Faudrait-il que Paris-luttes.info supprime son compte twitter ? La question peut ĂȘtre posĂ©e, dans la mesure oĂč le systĂšme de commentaires permet de contourner leur absence sur le site (ce qui permet lĂ  aussi de limiter les insultes et invectives peu constructives, obligeant les lecteurs-rices mĂ©contents Ă  proposer des rĂ©ponses argumentĂ©es sous forme d’article). Par dĂ©finition, c’est Ă©galement le format twitter qui favorise le « buzz Â» et les « shitstorms Â» au dĂ©triment du contenu constructif… NĂ©anmoins l’existence d’un compte twitter est un moyen non-nĂ©gligeable de toucher un public plus large que les seules personnes ayant le rĂ©flexe de se rendre quotidiennement sur le site (ce que fait bien sĂ»r on le sait, tout-e bon-ne militant-e đŸ˜‰ ).
  • Sans tout faire reposer sur la modĂ©ration, la « communautĂ© Paris-luttes Â» au sens large — c’est-Ă -dire aussi notamment tou-te-s ces abonnĂ©-e-s sur twitter dont certains comptes sont suivis par plusieurs dizaines voire centaines de milliers de personnes — ne pourrait-elle pas faire en sorte, par sa vigilance et en allant plus rĂ©guliĂšrement sur le site [3], que ce soient les articles les plus intĂ©ressants, constructifs et argumentĂ©s qui soient le plus partagĂ©s ?

Bref il n’existe probablement pas de rĂ©ponse toute faite et dĂ©finitive, mais en tant qu’outil collectif au service des luttes, il est important de faire en sorte collectivement, par nos usages — y compris des rĂ©seaux sociaux — et notre vigilance, que Paris-luttes.info demeure un espace d’échanges et de rĂ©flexions ouvert, permettant de mieux faire connaĂźtre et de renforcer tous les combats pour l’émancipation plutĂŽt que les vieilles rancƓurs et embrouilles qui existent malheureusement toujours en leur sein.

Un lecteur et contributeur




Source: Paris-luttes.info