Mai 15, 2022
Par Dijoncter
179 visites

Les épreuves du parcours MEEF véhiculent “une vision tronquée des missions de l’enseignant-e, érigé-e en gardien-ne du temple des « valeurs » républicaines, à l’affût du danger islamiste que représenterait potentiellement chaque élève prétendu-e musulmane ou étiqueté musulman.”

Communiqué de la CGT Educ’action 21 et la Ferc Sup UB Bourgogne, soutenues par l’Union départementale 21

Les étudiantes et étudiants inscrit-es dans les parcours MEEF [1] de l’Inspe de l’Académie de Dijon ont passé, ce mercredi, une épreuve portant sur « agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques ».

Dans cette étude de cas, une élève nommée Leïla a un comportement violent avec ses camarades de classe et pose de nombreux problèmes. S’il est compréhensible que ces études de cas tendent à une certaine généralisation des situations afin de faciliter leur étude par les étudiantes et étudiants, l’étude semble ne véhiculer qu’une somme de stéréotypes :

Parce que Leïla est une jeune avec de nombreuses difficultés de comportement et de culture arabo-musulmane, elle est issue d’une famille nombreuse, sa mère entretient une relation conflictuelle avec l’institution scolaire, son père est absent, son frère est absentéiste et la jeune en question est suspectée de radicalisation.

Rédiger un sujet comme celui-ci et de cette manière, avec autant d’amalgames, est au mieux une maladresse, au pire de l’ignorance. Le caractère sensible du sujet, le climat politique de notre pays ces dernières années, les discours de stigmatisation sont autant d’éléments que, justement, on ne peut ignorer lorsque l’on est concepteur-trice de sujets universitaires.

À partir de cette situation, les étudiantes et les étudiantes ont une vision tronquée des missions de l’enseignant-e, érigé-e en gardien-ne du temple des « valeurs » républicaines, à l’affût du danger islamiste que représenterait potentiellement chaque élève prétendu-e musulmane ou étiqueté musulman.

La CGT Educ’action 21 et la Ferc Sup UB Bourgogne soutiennent toutes les étudiantes, tous les étudiants qui auraient manifesté d’une quelconque façon leur opposition à ce sujet, elles les invitent à prendre contact avec elles dans les plus brefs délais.

La CGT Educ’action 21 et la Ferc Sup UB Bourgogne condamnent tous les discours stigmatisant et discriminants.

La CGT Educ’action 21 et la Ferc Sup UB Bourgogne,

soutenues par l’Union départementale 21




Source: Dijoncter.info