Août 24, 2016
Par Marseille Infos Autonomes
18 visites


A quelques exceptions près, ces « pertes » ne relèvent pas de l’oubli de retour de documents empruntés de personnes adhérentes. Dans leur immense majorité, les livres manquant ont tout simplement été volé.

Il est évident qu’il est particulièrement facile de voler des livres à Mille Bâbords. La mise à disposition de 3500 ouvrages, concernant les luttes sociales et leurs histoires, vise avant tout à s’extraire d’un rapport marchand dans l’accès à l’information. Le fait que 10% du stock de livres soit approprié de manière privative, accaparé individuellement, va à l’encontre de notre objectif de partage des expériences passées et présentes des luttes sociales.

Nous rappelons que la commission n’achète aucun livre. Il s’agit de dons individuels, ou par le biais de service de presse.

Ces vols prouvent la soumission totale de leurs auteur.es à la marchandisation capitaliste, et leur opposition au libre accès à l’information.

Malgré cet amer constat, nous demeurons déterminés à faire vivre la médiathèque de Mille Bâbords en diffusant et partageant des ouvrages de luttes et de critique sociale.
A bas le capital, ses comportements et ses allié.es !

La commission médiathèque de Mille Bâbords




Source: