Notre ami Gauthier faisait partie de la délégation française qui s’est rendue en Kurdistan Nord, pour les célébrations de Newroz. Il nous fait un retour de la journée de rencontres du 20 mars 2016, la veille du Newroz à Amed.


Un retour de voyage n’est jamais assez long !
Prenez le temps de vous installer confortablement pour lire l’ensemble…

Diyarbakır (Amed en kurde), une ville sous-occupation militaire, une parmi d’autres… Du texte aux photos, il n’y aura pas assez de mots et de phrases pour exprimer mon témoigne visuel. Les barbelés qui courent sur des kilomètres, les blindés, les forces spéciales omniprésentes, les forces du Ministère de l’Intérieur partout. Et eux, Turc, Kurdes, Assyriens, Turkmènes, Chaldéens, Arméniens et d’autres vivent le calvaire. Un court témoignage d’une résistance au présent à quelques kilomètres de notre occident.

Rendez vous au siège du HDP

Le HDP est dirigé par une co-présidence composé à Diyarbakır de Gülsen Özer et Ömer Önen.

Gülsen Özer introduit sa présentation par un remerciement solennel de notre présence, elle explique que la présence des ONG et des associations est très importante actuellement.

Gülsen ÖZER et Ömer ÖNEN newroz

Gülsen ÖZER et Ömer ÖNEN

Un dicton dit que « les ONG et associations représentent la main de Dieu sur Terre », cela signifie qu’elles luttent pour l’intérêt des populations sans attendre en retour quelque chose, sans attendre un retour économique. Il est important que des associations, des délégations se rendent sur place afin de pouvoir être témoins et de pouvoir témoigner de la situation.

Depuis une centaine d’années tous les gouvernements de Turquie ont mis en place une politique dont l’objectif était de tuer les Kurdes et le Kurdistan avec la négation de ce peuple. Le parti au pouvoir, l’AKP essaie de faire obstacle à la reconnaissance des kurdes.

Le gouvernement utilise actuellement des armes chimiques dans ses bombardements. A Gavar (Yüksekova) 40 personnes ont été tués par des armes chimiques.

Gülsen Özer remarque que notre délégation est composée d’hommes mais également de femmes. C’est important que les femmes soient représentées car  les kurdes mettent un point d’honneur à l’égalité des sexes. Raison pour laquelle les institutions sont dirigées par des co-président-e-s : un homme et une femme.

Çağlar Demirel, députée HDP au parlement turc. Elle ne sait pas par où commencer dans la mesure où la situation est très difficile.

amed gauthier lahore caglar demirel

amed gauthier lahore caglar demirel

Çağlar Demirel

Le HDP essaye de révéler la situation et les atteintes illégales réalisées par l’État notamment dans les villes de Cizre, Sur…

Si on voulait résumer la situation : L’État et l’AKP mènent une guerre contre sa population, cette guerre est menée à l’aide d’artillerie lourde, de bombardements aériens, impliquant plus de 10.000 militaires, policiers ou encore des miliciens, nous sommes face à la seconde armée de l’OTAN.

On est dans une situation qui s’analyse comme une guerre entre 2 États alors même que c’est une situation interne à la Turquie. L’État renie la présence des kurdes et impose une migration aux populations civiles. Un massacre est en train d’être réalisé à l’encontre de populations civiles.

Depuis plus de 110 jours, la population de Diyarbakır ne peut pas accéder à 6 quartiers du district de Sur. Les familles ne peuvent pas récupérer les corps des défunts, les corps des enfants. Sur est la vieille ville de Diyarbakır, toute la ville est transformée en terrain de guerre et de décombres. Elle nous demande d’informer les institutions publiques et les États de la situation. Il faut ouvrir un corridor sécurisé pour faire sortir les populations civiles de ces quartiers, mais l’État ne veut pas. La population est bombardée, brulée à vif. Les maisons sont incendiées.

C’est pourquoi la population kurde se révolte contre ces attaques. Il faut respecter cette résistance, car ça fait plus d’un siècle que la population kurde est confrontée à la négation de son existence, qu’elle est opprimée, mais depuis toujours les kurdes résistent.

La période actuelle est bien plus lourde car la pression étatique est beaucoup forte en ce moment. Il n’y a aucune justice, ni aucun respect des décisions de la CEDH. L’État et l’armée ont pour projet d’exterminer les kurdes et tous ceux qui soutiennent la cause kurde.

Plusieurs villes sont assiégées tel que Diyarbakır dans son district de Sur, Cizre, Mardin, et bien d’autres. Depuis le début de ces derniers évènements 97 enfants, 96 femmes pour un total de 249 civils ont été tués. Les villes sont incendiées et détruites.

Différentes ethnies vivaient sur ce territoire qu’est la Mésopotamie, des kurdes, des arméniens, des assyriens. Le gouvernement Turc détruit leur identité, leur langue, leur histoire. Toutes les Églises et lieux de cultes ont été détruits. Tel est le cas de l’Église de la Vierge Marie ou l’Église Arménienne qui est dans un tel état qu’on ne peut plus entrer à l’intérieur.

Les représentants du HDP ne savent pas exactement dans quel état elles sont car personne n’a accès aux quartiers sous couvre-feu, ils ne peuvent voir que des photos. Les dernières en date montrent des bâtiments complètement détruits.

La réalité factuelle est que les habitants n’ont plus aucun moyen de prier et de pratiquer leur religion.

La Turquie est redevenue un pays d’interdiction. Dans lequel les libertés de religions, de culture et d’identité sont bannies. L’État impose à sa population une certaine vision des choses et considère comme terroristes tous ceux qui penseraient différemment. Les cibles sont les femmes, les députés, les universitaires, les avocats. Les maires qui ont été élus à plus de 90% des voix sont en prison. Beaucoup d’activistes féministes sont aussi derrière les barreaux.

L’ordre juridique actuel veut lever l’immunité parlementaire. Or le HDP est le seul opposant de l’AKP. 506 dossiers sont répertoriés. Ils seront vus après la levée de l’immunité parlementaire. Néanmoins la moitié de ces dossiers concerne la liberté d’expression et visent les députés HDP. L’autre moitié de ces dossiers concernent des vols et des problèmes de corruptions. Le HDP est tout à fait d’accord pour la levée de l’immunité parlementaire à condition que tous les partis soient visés. Or en l’espèce, seul le HDP est visé par cette levée parlementaire. C’est encore un obstacle à une politique démocratique.

Le 8 mars, la journée internationale de lutte pour les droits de la femme a été interdite en Turquie.
Le Newroz a également été interdit partout en Turquie (sauf à Diyarbakır) et a été fortement réprimé lorsqu’il a été célébré. De nombreux militaires ont été déployés pour faire peur aux populations, les empêchant ainsi de se rendre aux célébrations.

Le Newroz est une fête particulièrement importante pour les Kurdes car il représente la renaissance de ce peuple et est vu comme un signe de résistance contre l’oppression. C’est une organisation festive et politique des plus importantes au monde puisque plus d’un million de personnes s’y rendent.

Officiellement on va pouvoir le fêter à Diyarbakır le 21 mars, mais les militaires ont commencé à terroriser les civils, de nombreux chars sont positionnés dans la rue. Les photos des victimes des bombardements qui avaient été accrochées sur l’estrade du Newroz à Diyarbakır ont été décrochées par l’armée ce matin. La population résiste et ne recule pas sous la pression, le peuple continuera de résister et montrera sa force au Monde. Les Kurdes ont lutté à Kobanê, au Rojava et maintenant ils vont le faire en Turquie. Les démocrates, les pacifistes vont lutter.

L’histoire du Newroz

Le Newroz commence avec le forgeron Kawa. Il représente la renaissance au Kurdistan. Les Kurdes ont toujours voulu résister face à l’oppression. Le peuple kurde a toujours vécu en Mésopotamie. C’est lorsque le système d’État-Nation a été mis en place que le Kurdistan a été divisé en 4 entre la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran. Les kurdes sont capables de mener leur propre lutte et ont la capacité de s’autogérer (comme à Kobanê au Rojava). Ils veulent avoir leur propre statut, leur propre langue, un système démocratique. Les Kurdes ne parlent pas d’État mais veulent la liberté et l’égalité des peuples et des croyances. Les Kurdes veulent être libres de vivre librement.

amed gauthier lahore newroz 2

amed gauthier lahore newroz 2
amed gauthier lahore newroz 3

amed gauthier lahore newroz 3
amed gauthier lahore newroz 4

amed gauthier lahore newroz 4
amed gauthier lahore newroz 5

amed gauthier lahore newroz 5
amed gauthier lahore newroz 6

amed gauthier lahore newroz 6
amed gauthier lahore newroz 7

amed gauthier lahore newroz 7
amed gauthier lahore newroz 8

amed gauthier lahore newroz 8
amed gauthier lahore newroz dilek feleknas

amed gauthier lahore newroz dilek feleknas

Que veulent les Kurdes aujourd’hui ?

Les Kurdes veulent pouvoir se gérer par eux mêmes, une sécurité constitutionnelle, pouvoir parler leur propre langue, pouvoir pratiquer leur culture et leur croyance.

Lors du Newroz de 2013, un message d’Abdullah Öcalan avait été lu. Cette date est retenue comme le début des pourparlers. Pendant 2 ans et demi des négociations ont eu lieu pour une paix durable. L’atmosphère était plus paisible dans le pays. Mais à partir du 7 juin 2015 cette période des paix a pris fin. De plus, depuis le 5 juin 2015, Öcalan est interdit de toute visite que ce soit celles de ses avocats ou de sa famille. Malgré tous ces événements, les Kurdes pensent qu’ils vaincront et obtiendront la paix.

Çağlar Demirel souhaite que le Newroz apporte la paix et le bonheur pour tous les peuples et a un message pour les Kurdes de France et d’Europe.

« Tous les peuples qui vivent en Europe doivent faire passer le message de ce qui se passe actuellement au Kurdistan. Il faut voir ce qui se passe sur place pour pouvoir témoigner et faire changer l’opinion publique.
Il faut que la solidarité des peuples soit aujourd’hui plus forte que jamais afin de faire pression sur l’État et le gouvernement de l’AKP, afin de dénoncer le terrorisme étatique qui tue des civils.
Enfin, il faut expliquer et témoigner pour que les populations européennes prennent conscience de la situation. »

Concernant les chiffes des élu-e-s en prison, on ne peut pas avoir de chiffres exacts car ça change tous les jours. En 2009 lors de la grosse vague d’arrestation environ 10 000 élus avaient été arrêtés, aujourd’hui les chiffres sont approximativement les mêmes. Çağlar Demirel a fait également, 5 ans de prison.

Ali Balcı responsable international du HDP :

Les pays de l’Union européenne laissent les kurdes seuls face à cette situation car la Turquie fait une pression sur ces États aux moyens des réfugiés. Les kurdes n’ont jamais été si seuls. Mais c’est ensemble qu’on va surmonter cette situation. Avec des efforts collectifs. En juin le HDP avait obtenu un score de 14% aux élections législatives.

Le coprésident du HDP à Diyarbakır, Ömer Önen, lui aussi, il a été en détention pendant 3 ans pour avoir fait parti du BDP :

Après le Newroz de 2004 les kurdes de Turquie déjà intégré le système de Turquie et se sont organisés dans les quartiers pour s’auto gérer. C’est un fait accompli. Au XXIème siècle il y a eu une volonté de redessiner le Moyen orient. Les Kurdes ont apporté une modernité démocratique. La réussite du Rojava et de Kobanê est due en parti au soutien des Kurdes de Turquie.

Les élections du 7 juin, qui ont permis au HDP de faire un bon résultat, ont montré la volonté de vivre ensemble. C’est un modèle démocratique qui est mené par le HDP. C’est la première fois que ces personnes ont vu un espoir. C’est grâce à ça que le HDP a pu accéder au parlement. Le HDP est un parti qui regroupe toutes les identités, croyances, sexes et âges.

C’est après le 7 juin que l’État a mené une guerre contre ces succès. C’est un coup politique. Par cette guerre c’est la démocratie qui en prend un coup.

Depuis le 1er novembre 2015, la volonté du peuple n’est plus reconnue. Il y a eu une très forte pression pour que l’AKP récupère les voix que ce parti avait perdu.
Le 1er ministre turc s’était alors rendu à Cizre et s’est exprimé ainsi « Si vous votez pour le HDP vous serez les prochains Arméniens ». Par la suite, c’est cette même ville qui a fait l’objet de couvre-feu et dont la population civile a été tuée.

La population s’est vu interdit de sortir, les civils ont donc commencé à vouloir se protéger par eux même. Le HDP a toujours été proche de la population. Lors des événements de Kobanê c’est le HDP qui a soutenu la population. Le parti soutient donc une idée de nation démocratique, mais dans le contexte actuel, il n’y a aucun terrain pour la réaliser. 

Le HDP mène une politique en lien avec la population. Et c’est avec la force du Newroz qu’ils vont continuer de résister.

Rendez vous à la Mairie de Sur

Sont présentes Azize Değer Kutlu Co-maire substitue et Naşide Buluttekin Can Co-maire adjointe. La Co-maire substitue est ici car son prédécesseur a été arrêté.

Newroz

Naşide Buluttekin Can (à gauche) et Azize Değer Kutlu (à droite)

Selon elle, la langue est quelque chose qui rapproche, malheureusement elle ne parle pas français.

Depuis de nombreuses années les kurdes se battent pour pouvoir parler le kurde mais aussi pour pouvoir l’enseigner. Malheureusement la politique négationniste du gouvernement turc les en empêche.

Il y a 7 mois, au mois d’août 2015, une assemblée de la population de Sur a déclaré l’autogestion. Lors de cette déclaration les co-maires de Sur étaient présents. Ils ont alors été arrêtés pour y avoir assisté.

Ils ont été libérés le 8 mars, à la fin du mois se tiendra leur procès ils ont été parallèlement déchus de leur fonction.

Depuis le 2 décembre 2015, il y a une interdiction de sortir de 6 quartiers de Sur, néanmoins les autres quartiers de Sur sont sous couvre-feu, avec des horaires d’autorisation de sortie. Ces couvre-feux sont faits de manière non officielle. En effet en dehors de ces 6 quartiers le district de Sur « devrait » être libre d’accès.

Sur ces 6 quartiers où le blocus est imposé, la population a été forcée de quitter ses logements. Les habitants n’ont rien pu prendre avec eux si ce n’est quelques habits. Ces personnes déplacées représentent plus de 4 200 familles soit 26 000 personnes. La mairie de Sur essai de répondre aux besoins les plus urgents tels que les besoins de logements, d’alimentation pour les nourrissons ainsi que leur change. C’est avec l’aide et la coordination de la Mairie de Diyarbakır (métropole) et l’association Rojava qu’une aide pour les enfants est mise en place. En effet les enfants sont traumatisés.

Sur est le cœur historique de Amed, c’est le premier lieu de sédentarisation de la population. Le fait de détruire ce lieu détruit toute une culture car sur ce territoire vivaient ensemble des kurdes, des arméniens, des assyriens… À l’intérieur de Sur plus de 600 monuments sont classés comme « monument mondial de l’UNESO ». Actuellement l’état de ces monuments est inconnu dans la mesure où seule l’armée est sur place, personne ne peut y avoir accès.

sur gauthier lahore barbeles

Les barbelés font partie de la vie de tous les jours.
sur gauthier lahore 5 place

Une ancienne place à Sur
sur gauthier lahore 4

Beaucoup de thé…
sur gauthier lahore 3

Centre culturel Dicle Firat
sur gauthier lahore 2

Dans les rues de Sur
sur gauthier lahore 1

Dans les rues de Sur
komel de sur

Komel de Sur

Les enfants et les femmes sont traumatisés par toute cette violence. La mairie et les services municipaux n’ont pas accès aux 6 quartiers depuis plus de 110 jours. Ils ne peuvent donc pas évacuer les poubelles. Pour les autres quartiers, le déblaiement des poubelles est soumis à la demande d’une autorisation spéciale.

Plusieurs délégations étrangères se sont rendues à Sur pour constater la situation. La Co-maire est consciente de la situation de l’Union européenne par rapport à la Turquie mais ça reste inacceptable qu’un blocus de plus de 100 jours puisse avoir lieu dans un pays qui se dit démocratique et qui est candidat à l’UE.

Tout ce qui se passe et ce qu’ils vivent au Kurdistan est assez difficile à expliquer. C’est dur, ils ont vécu des périodes difficiles notamment dans les années 80/90 mais ils n’ont jamais vécu un telle situation.

La Co-maire adjointe explique que le début du blocus a eu lieu le 2 décembre 2015, 9 jours après il y a eu une levée du blocus pendant 16 heures, dans ce laps de temps 26 000 personnes sont sorties des quartiers. Mais également de nombreuses personnes y sont entrées pour constater les dégâts. Personne n’avait pu imaginer une telle chose, personne n’avait pris conscience de l’ampleur de la situation. Sur les murs étaient inscrits des slogans fascistes et des slogans insultant les femmes, l’armée avait inscrit sur les murs des slogans pour créer une pression psychologique sur la population.

Aujourd’hui le 20 mars 2016, la veille du Newroz…

Le blocus continue mais il n’y a pas eu d’affrontement depuis plusieurs jours, on ne sait pas ce qui se passe à l’intérieur. Les décombres sont déblayés, mais qu’y a-t-il en dessous ? des corps ? Ils essaient peut-être de nettoyer les preuves.

Quelques chiffres :

La population intramuros est d’environ 110 mille personnes, 48 mille vivent en zones interdites. En ce qui concerne les 26 mille personnes qui ont dû abandonner leur maison, il s’agit pour eux d’un deuxième déplacement car ils avaient été déjà contraints à un premier déplacement dans les années 90.

Les élus municipaux ne connaissent pas les intentions du gouvernement. Ils ont été élus mais ne sont pas intégrés dans les décisions, on ne leur demande pas leur avis. Les élus mènent une politique de victimes mais la résistance continue. Ils savent que les délégations les écoutent, il faut que celle-ci fasse passer le message.

Newroz

Nous venons d’un petit partout en France, Val-de-Marne, Lyon, Tours, Midi-Pyrénées, Marseille, Paris, Bretagne…

Regrettent ils d’avoir déclaré en août l’autogestion ?

Il faut préciser qu’ils n’ont pas fait une déclaration pour avoir une autonomie mais qu’il s’agit d’une démarche de la population. Ils veulent se diriger par eux mêmes notamment conformément au protocole de Dolmabahçe. Aujourd’hui ils ont un nouveau projet, en effet l’UE a une charte des pouvoirs locaux. Ils veulent que cette charte soit appliquée. La Turquie s’est abstenue sur certains articles, eux veulent que la Turquie les accepte tous.

Il y a une volonté que tous les citoyens puissent avoir des droits communs : droit à la langue maternelle, droit à la culture, droit de pratiquer sa religion. Ils veulent que la population prenne part à toutes les décisions. Depuis 2 ans, sont organisées des réunions locales pour connaître les demandes des citoyens afin de pouvoir les mettre en place.

En quoi la situation actuelle est-elle pire que celle des années 80/90 ?

La période concernant les années 80/90 a été sujette à un coup d’État. La population civile a connu des pressions, la prison, la torture mais aujourd’hui la pression se fait sur une ville entière. Une ville entière est assiégée depuis plus de 110 jours : c’est un fait qui n’a jamais été vu ici. Ils ne peuvent pas passer librement, en tant que Co-maire, elle est contrôlée à chaque fois qu’elle doit sortir, ils fouillent son véhicule, ils s’en « fichent » qu’elle soit la co-maire. Dans les années 90, plus de 4 000 villages ont été brulés et détruits, la population avait déjà été déplacée une première fois.

Ce qui choque d’autant plus aujourd’hui c’est que tout cela se fait devant les yeux du monde par le biais des réseaux sociaux, mais le monde entier reste muet. Et ça c’est un fait particulièrement blessant. Car leur silence vaut leur consentement, si le monde ne dit rien ça équivaut au fait qu’il approuve ces massacres. Avant, les réseaux sociaux n’existaient pas, l’armée détruisait des villages mais ça se faisait de manière secrète ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Gauthier Lahore

Remerciements à Beriwan pour ses précieuses aides, aux interprètes, aux relations inter du HDP, aux co-maires, aux militant-e-s du quotidien.
Vous pouvez trouvez toutes mes photos ma page Flickr 


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.