Décembre 24, 2022
Par Dijoncter
177 visites

Après l’attentat du 13 novembre à Istanbul, qui a permis à Erdogan de justifier une offensive aérienne contre le Kurdistan syrien, un nouvel attentat a eu lieu le 23 décembre, à Paris, tuant 3 kurdes et en blessant 6 autres. Les rassemblements pour réclamer justice ont été brutalement réprimés.

Vendredi 23 décembre, le Centre démocratique Kurde est victime d’un attentat. Un sexagénaire abat froidement 3 personnes et en blesse 6 autres en vidant 6 chargeurs de pistolet sur le Centre démocratique Kurde de la rue d’Enghien et le restaurant kurde qui lui fait face. Le terroriste a déjà été condamné deux fois pour violences racistes avec armes. Il a, entre autres, attaqué un campement de réfugié avec un sabre. Il a été relâché sans effectuer la peine pour laquelle il avait été condamné. Ce vieillard nationaliste, haineux et gâteux, qui reconnaît lui même avoir agit par racisme, ne constitue-t-il pas un assassin de choix pour les services secrets turcs ? C’est ce que sous-entendent les militant.es kurdes, qui connaissent bien les pratiques du régime turc. Nous n’aurons la réponse que bien trop tard, car le gouvernement français joue la complicité avec le gouvernement Erdogan.

Il y a bientôt 10 ans déjà, le 9 janvier 2013, trois militantes kurdes du PKK avaient été assassinées par les services secrets turcs dans le 10e arrondissement de Paris. Sans que l’État ou la justice française ne réclame jamais de comptes à la Turquie.

L’attaque du 23 décembre survient un peu plus d’un mois après un attentat qui a fait 6 morts à Istanbul. Quoique non revendiqué, Erdogan l’impute à la résistance kurde, qui nie toute implication, et justifie ainsi une intervention aérienne turque au Rojava. Une intervention qui affaiblit les Forces Démocratiques Syriennes et qui permet à l’État islamique, soutenu par la Turquie, de revenir en force. Avec l’aval de la Russie et des États-Unis qui ont retiré leurs patrouilles de la région.

Agit Pola, porte-parole du Conseil Démocratique Kurde, appelle les autorités françaises à « arrêter leur complaisance avec les autorités turques quand il s’agit de la sécurité des Kurdes ». Le gouvernement ne semble pas prêter l’oreille à son appel, pour preuve la manière dont il a traité les rassemblements endeuillés de Kurdes : par une répression sévère et gratuite.

À Marseille, les Kurdes et leurs soutiens se sont rassemblés à 14h place des Réformés pour se réconforter et réclamer Justice. Une marche commence qui descend la Canebière en direction de la Préfecture. Après quelques minutes, le cortège débouche à l’angle de la Préfecture et se retrouve face à un cordon de CRS et de gars de la BAC. Soudainement, la police attaque brutalement la marche de deuil. Les coups de matraque pleuvent, les gazeuses se déchargent de leur contenu lacrymal. Les marcheur.es sont sidérés, aucune sommation, aucune discussion, aucune explication. De nombreuses personnes commencent à être folles de douleur et de colère. Trois assassinats ne suffisent pas, il faut que la police termine le sale boulot des miliciens fascistes d’Erdogan. 8 cars de CRS arrivent, des affrontements commencent. Encore une fois, l’État, et sa police, montre de quel côté il se place. Du côté de l’extrême-droite, qui multiplie harcèlements, ratonnades et assassinats. [1] Du côté de la provocation outrancière, décomplexée et sadique. Aucun respect pour ses gens qui viennent de perdre des proches dans un attentat, pour ces gens qui ont subis d’autres deuils, alors que leurs familles combattaient en Syrie contre Daech et son principal soutien, la Turquie. Aucun respect pour la douleur et la peine provoquée par cet assassinat. Voilà encore un acte qui situe Macron comme complice d’Erdogan et de la barbarie de l’extrême-droite, qu’elle soit française, turque ou syrienne.

Malheureusement, cela se confirme à Paris. La manifestation kurde qui rassemble 5000 personnes, est attaquée par des militants d’extrême-droite turcs. Ce qui pousse la police à gazer abondamment tout le cortège. La stupide répression policière engendre la colère des manifestants. Ce qui ravi les amoureux de barricades, car les Kurdes et leurs soutiens ne se sont pas laissé piétiner par les forces armées des complices d’Erdogan.




Source: Dijoncter.info