325 / mercredi 14 octobre 2020

PT Freeport Indonesia* est présente en Papouasie depuis des décennies, depuis le début de l’annexion de la Papouasie occidentale par l’Indonésie coloniale. Ce que PT FI produit n’est que destruction de la nature, expulsion des populations indigènes et génocide. Nous pensons que Freeport ne peut être détruite que si la Papouasie occidentale est séparée de l’Indonésie ; cependant ce n’est pas la formation d’un État de Papouasie occidentale que nous voulons, mais la Confédération de Papouasie occidentale, un contrôle populaire et non pas celui d’un État !

Nous (Long Live Eric King Revolutionary Cell – FAI-FRI) envoyons nos salutations à Lekagak Telengen, Egianus Kogoya et aux autres groupes de guérilla de Papouasie occidentale, qui ont leurs bases parmi les forêts luxuriantes de Papouasie. Nous invitons nos camarades qui vivent dans des villes à créer des unités de guérilla urbaine et à commencer à attaquer les symboles du capitalisme et de l’État colonial indonésien.

Nous déclarons clairement notre hostilité à l’encontre du politicien opportuniste Benny Wenda** et des autres merdes de l’ULMWP, qui peuvent vivre confortablement dans un pays étranger tout en essayant de prendre le contrôle de la lutte pour la libération de la Papouasie occidentale. La vraie libération vient des armes et de l’insurrection populaire, pas des lobbies qui vivent dans des bâtiments climatisés !

Nous n’oublions pas non plus d’envoyer nos accolades à nos camarades en Indonésie, qui commencent une révolte contre la Loi Omnibus** et le régime néolibéral de Joko Widodo [le président de l’Indonésie, généralement considéré comme de gauche ; NdAtt.], à nos camarades en Malaisie qui doivent faire face à la répression pour avoir combattu le royaume fasciste de Malaisie, aux guérillas YPG-YPJ au Rojava qui combattent une guerre asymétrique contre la Turquie, et à tou.te.s insurgé.e.s anti-autoritaires dans le monde entier.

Nous revendiquons l’incendie du bâtiment de l’agence pour l’emploi, dans le complexe des bureaux administratifs de Keerom, en Papouasie occidentale, pendant les émeutes du 1er octobre 2020****. Nous sommes parmi les masses en colère contre le colonialisme indonésien ; celle-ci n’est que notre première attaque et ce ne sera pas la dernière. Préparez-vous aux explosions qui poursuivront ce chemin !

Jusqu’à quand existeront l’État et le capitalisme, la paix ne sera jamais atteinte. Par conséquent, l’État et le capitalisme doivent être détruits immédiatement !

Que le feu allume la libération de la Papouasie occidentale.

Long Live Eric King Revolutionary Cell – (FAI-FRI)

Notes d’Attaque :
* grande entreprise minière, appartenant à l’État indonésien (qui a annexe militairement la Papouasie occidentale en 1962) à l’entreprise minière américaine Freeport-McMoRan. Elle exploite notamment la mine de Grasberg, en Papouasie occidentale, qui est la plus grande mine d’or et la troisième mine de cuivre au monde et un désastre environnemental pour la région.
** Président de l’United Liberation Movement for West Papua (ULMWP), coalition de partis indépendantistes, en exil au Royaume-Uni.
*** Loi adoptée récemment, qui retire des droits aux travailleur.euse.s et revient sur certaines normes de protection de l’environnement – depuis quelques jours l’opposition à cette loi a pris une tournure émeutière ; NdAtt.
**** L’annulation des concours de la fonction publique, à cause de l’épidémie de Coronavirs, a causé des émeutes dans la région.


Article publié le 17 Oct 2020 sur Attaque.noblogs.org