Juillet 19, 2016
Par Rebellyon
173 visites


Mort le 29 août 2007, Pierre Messmer, grand combattant de la première heure contre le nazisme, après 1945, en tant que haut-fonctionnaire, a accompagné la décolonisation, de l’Indochine française à l’Afrique, en s’efforçant de prévoir le maintien de l’influence française. Ministre des armées de De Gaulle, il s’est opposé au putsch des généraux de 1961 en Algérie, et semble avoir dissuadé le grand Charles de faire appel à l’armée en 1968. La suite est moins glorieuse.

Sous Pompidou, d’abord ministre des Dom-tom en 1971, il fut premier ministre de 1972 jusqu’à la mort du président en 1974. On retiendra qu’il a engagé la France dans le tout-nucléaire en lançant le chantier de 13 centrales nucléaires. Et en 1972, et oui en 1972, il entreprit de coloniser la Nouvelle Calédonie, comme le montre la lettre à Xavier Deniau, reprise ci-dessous. Colonisation massifiée sous Giscard, qui conduit jusqu’à aujourd’hui à une situation terrible pour les Kanaks marginalisés et ostracisés sur leur propre terre !

Pour Messmer, les Kanaks, qui peuplent cet archipel depuis près de 5 000 ans, c’est moins que rien, ils n’existent pas. Ou plutôt ils ne sont là que pour se révolter. C’est une justification terrible de la poursuite de l’apartheid, du racisme, de la spoliation, de l’exploitation, du pillage, de la répression, des exactions, des assassinats [1] qu’ont dû subir les Kanaks sur leur terre qui, ne l’oublions pas, fut un bagne [2] avant de devenir territoire d’outre-mer. [3]

Ce qui n’empêchera pas Messmer d’être élu à l’Académie des sciences morales (!) et politiques en 1988, et de finir à l’Académie française où il fut élu en 1999.

Dans une lettre du 19 juillet 1972, Pierre Messmer, alors Premier ministre, écrit à son secrétaire d’État aux DOM-TOM :

« La Nouvelle-Calédonie, colonie de peuplement, bien que vouée à la bigarrure multiraciale, est probablement le dernier territoire tropical non indépendant au monde où un pays développé puisse faire émigrer ses ressortissants.

Il faut donc saisir cette chance ultime de créer un pays francophone supplémentaire. La présence française en Calédonie ne peut être menacée, sauf guerre mondiale, que par une revendication nationaliste des populations autochtones appuyées par quelques alliés éventuels dans d’autres communautés ethniques venant du Pacifique.

À court et moyen terme, l’immigration massive de citoyens français métropolitains ou originaires des départements d’outre-mer (Réunion) devrait permettre d’éviter ce danger en maintenant et en améliorant le rapport numérique des communautés.

À long terme, la revendication nationaliste autochtone ne sera évitée que si les communautés non originaires du Pacifique représentent une masse démographique majoritaire. Il va de soi qu’on n’obtiendra aucun effet démographique à long terme sans immigration systématique de femmes et d’enfants.

Afin de corriger le déséquilibre des sexes dans la population non autochtone, il conviendrait sans doute de faire réserver des emplois aux immigrants dans les entreprises privées. Le principe idéal serait que tout emploi pouvant être occupé par une femme soit réservé aux femmes (secrétariat, commerce, mécanographie).

Sans qu’il soit besoin de textes, l’administration peut y veiller.

Les conditions sont réunies pour que la Calédonie soit dans vingt ans un petit territoire français prospère comparable au Luxembourg et représentant évidemment, dans le vide du Pacifique, bien plus que le Luxembourg en Europe.

Le succès de cette entreprise indispensable au maintien de positions françaises à l’est de Suez dépend, entre autres conditions, de notre aptitude à réussir enfin, après tant d’échecs dans notre Histoire, une opération de peuplement outre-mer. » [4]

.

JPEG - 26.4 ko
Calendriers, symboles solaires d’une civilisation kanake insoupçonnée
JPEG - 15.1 ko
Eloi Machoro et Pierre Declercq

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.


[1] Ataï assassiné et décapité le 1er septembre 1878, lors d’une des plus importantes révoltes légitimes réprimées dans le sang – Et après cette lettre de Messmer : Richard Kamouda assassiné le 27 décembre 1975, Pierre Declercq assassiné le 19 septembre 1981, Eloi Machoro assassiné le 12 janvier 1985, le massacre de la grotte d’Ouvéa concocté par Chirac et Pasqua en 1988, Jean-Marie Djibaou assassiné le 4 mai 1989 … et beaucoup d’autres. Sans parler des innombrables morts des guerres et par des maladies dûes aux conditions imposées par le gouvernement français.

[2] La Kanakÿ fut le bagne politique de 4 000 Communards et la merveilleuse Louise Michel y passa 7 ans de 1873 à 1880. Avant eux ce sont près de 200 Kabyles, ruant dans les brancards de la colonisation de l’Algérie, et d’autres Nord-Africains, qui y sont envoyés à vie. De nombreux criminels, ou supposés tels, étaient incités par la force, une fois leur peine effectuée, à rester sur place pour coloniser l’île. (Voir le livre de Roselène Dousset-Leenhardt, Nouvelle Calédonie 1878-1978 L’Harmattan,1978)

[3] Tout en demeurant dans l’idée une colonie de l’État français, une nouvelle appellation est née dernièrement : “collectivité sui generis”, ou « de son propre genre », rattachée à la France. Deux articles de Wikipédia donnent une définition de la structuration institutionnelle de ce territoire : Nouvelle Calédonie et France d’outremer.

[4] Lettre citée dans le livre de Claude Gabriel et Vincent Kermel “Nouvelle-Calédonie La révolte kanake” (La Brèche, 1985)

D’autres articles parlent d’autres choses terribles dans lesquelles Pierre Messmer a participé comme les massacres au Cameroun ou vis à vis des Harkis…
Voir aussi l’article de Rebellyon du 2 mars 2005 : 2 mars 1960 : massacres au Cameroun




Source: