Assigné à résidence depuis 12 ans, obligé de pointer de 2 à 4 fois par jour à la gendarmerie, soumis à un couvre-feu quotidien, éloigné de sa femme et de ses enfants, Kamel Daoudi a été incarcéré à la maison d’arrêt d’Aurillac ce dimanche. Il vient d’entamer une grève de la faim et de la soif.

Selon nos informations, des policiers sont venus l’interpeler vendredi 25 septembre à 21h30 dans le bar associatif où il travaille bénévolement. M. Daoudi préparait des falafels pour une soirée karaoké et avait dépassé de 30 minutes l’heure de son couvre-feu quotidien. Après 28 heures de garde à vue et la perquisition de son domicile, le parquet a requis et obtenu son placement en détention dans l’attente d’une comparution immédiate différée qui se tiendra le mardi 6 octobre.

Pour mieux saisir les enjeux politiques et humains de l’acharnement que subit M. Daoudi, nous vous invitons à consulter les différents articles que nous avons publié par le passé.

Publiez !

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info


Article publié le 05 Oct 2020 sur Rebellyon.info