À travers une vingtaine de portraits, Kamar Idir, photographe et homme de radio, dresse le parcours d’exilés qui ont tous vécu un traumatisme. Plusieurs générations se croisent. Chaque parcours est singulier et pourtant il ressort de ces différentes histoires, l’impression d’un effroyable gâchis. Musiciens, artistes, poètes, ils vivent du RSA ou d’allocations d’handicapés. Plusieurs d’entre eux sont aujourd’hui disparus.


Source: http://www.millebabords.org/spip.php?article32406 -