Janvier 6, 2018
Par Mille Babords
172 visites


Mercredi 9 janvier 2013, les militantes kurdes Sakine Cansiz, Fidan Dogan (Rojbîn) et Leyla Saylemez étaient froidement exécutées d’une balle dans la tête, dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan, situés au 147 rue La Fayette, à Paris.

L’enquête menée en France a révélé nombre d’indices faisant apparaître que le meurtrier présumé, Ömer Güney, arrêté quelques jours après le crime, avait agi pour le compte des services secrets turcs (MIT), comme le confirme le réquisitoire du Procureur de la République dans cette affaire : « De nombreux éléments de la procédure permettent de suspecter l’implication du MIT dans l’instigation et la préparation des assassinats. »

Cependant, La mort d’Ömer Güney, le 17 décembre 2016, à un mois de son procès qui devait commencer à Paris, le 23 janvier 2017, nous prive d’un procès public qui aurait permis de juger non seulement l’exécutant, mais aussi, et surtout, le commanditaire, l’État turc !

En écho à la manifestation nationale du 6 janvier, la Coordination de la Marche Mondiale des Femmes 13 PACA organise un rassemblement à Marseille sous l’Ombrière le 6 janvier à 14 h.

Elle élargira son hommage aux militantes féministes et défenseuses des droits humains assassinées partout dans le monde en exposant leur portrait, leurs actions et dans quelles conditions elles ont été tuées.

Avec cette exposition, nous voulons démontrer que les défenseuses des droits humains subissent une violence et une discrimination systématique du fait de leur identité, mais aussi à cause de la lutte indéfectible qu’elles mènent en faveur des droits, de l’égalité et de la justice. Toutes ces femmes ont contribué à l’avancement des droits humains.




Source: