Ce projet de documentaire, lancé à Lyon par Christina Firmino, que vous pouvez aussi entendre sur les ondes de Radio Canut dans l’émission Megacombi, et par le photographe Romain Etienne, porte un double regard sur le nucléaire civil en France.

Christina imagine dans le documentaire d’anticipation La catastrophe, les conséquences d’un accident nucléaire majeur à la centrale du Tricastin (26). Romain Etienne mène l’enquête sur la réalité de ce risque aujourd’hui, dans sa série Nucléos. L’ambition de leur travail et de leurs démarches parallèles est de nourrir la réflexion et l’action, avant qu’il ne soit trop tard.

Pour mener à bien ce projet, un appel à financement participatif sur la plateforme Touscoprod a été lancé.

La Catastrophe – Le doc

Ou comment j’ai appris à ne plus avoir peur et aimer les alternatives

Juillet 2018, une succession d’incidents dans la tranche n°1 de la centrale nucléaire du Tricastin mène au désastre : le réacteur entre en fusion puis explose, provoquant des rejets massifs de matières radioactives dans l’atmosphère.

Un an après, la France subit encore les conséquences de cette catastrophe nucléaire majeure. Déplacements de population, conséquences sanitaires et environnementales, politique énergétique bouleversée : scientifiques, politiques et habitants impactés racontent la France post­catastrophe de 2019 et esquissent des solutions de sortie de crise.

La Catastrophe est un voyage dans un futur plausible du nucléaire qui nous conduit à réfléchir, dès à présent à la place de l’humain et à ses choix. Un questionnement qui nous met face à l’un des plus grands défis contemporains.

Nucléos – Le reportage Photo

De l’uranium aux risques nucléaires

Avril 2016, cinquante-huit réacteurs sont en activité sur le territoire français, 90% de la population vit à moins de cent kilomètres d’une centrale. La France maintient le nucléaire à une place prépondérante dans son mix énergétique, mais les centrales vieillissent et aucune solution ne s’esquisse pour régler l’épineuse question des déchets.

Travailleurs du nucléaire, riverains d’installations sensibles, opposants à la création de sites de stockage de déchets dressent l’état des lieux de la chaîne de production nucléaire d’électricité en France.

Nucléos est une réflexion au présent sur la gestion du risque dans l’industrie nucléaire et sur la menace avec laquelle nous acceptons de vivre.

Jusqu’ici tout va bien from La Société des Apaches on Vimeo.

Tchernobyl 1986. Fukushima 2011. Tricastin 2018.

« Jusqu’ici tout va bien ! » Jusqu’à quand ?

Anticiper pour comprendre et agir aujourd’hui.

À l’heure où les centrales se multiplient dans le monde, où de nouvelles générations de « super » réacteurs (EPR) sont en cours de construction, Jusqu’ici tout va bien a pour ambition d’envisager que l’ère du nucléaire dans laquelle l’humanité est entrée, peut être au moins limitée.

Dans La catastrophe, une place particulière sera donnée aux alternatives énergétiques qui existent déjà bel et bien, mais qui ont encore du mal aujourd’hui à être prises en considération.
Nucléos ira lui aussi à la rencontre de celles et ceux qui depuis longtemps déjà résistent à cette hégémonie.

Ce sont ces résistances et ces alternatives qui nous permettront de rester optimistes quant à nos capacités d’agir.

Nous lançons une campagne de financement participatif pour ce projet citoyen !

RDV sur la plateforme Touscoprod pour contribuer au projet, sans oublier de choisir votre contrepartie (le DVD du film, le livre-photo, mais aussi des contreparties collectives, comme une projection en présence de la réalisatrice ou l’exposition photo).