Nous nous sommes promené·e·s dans les rues du centre-ville et des faubourgs. Ce sont ces rues que la politique urbaine de la métropôle sacage méthodiquement, effaçant leurs « anciens usages » pour en imposer de nouveau. Ce sont ces rues que le projet TESO (nouvellement nommé « Grand Matabiau ») entend raser, livrer à la bourgeoisie.

La métropole impose son idée de la ville : la smart city où chaque espace est contrôlé, privatisé, surveillé, mesuré, rentabilisé. Les interstices disparaissent. La solidarité aussi, brisée par les expulsions, les hausses des loyers, les vies à crédit, etc.

Ces saletés d’horodateurs sont un des outils de cette transformation de la ville, la métropole étend petit à petit leur emprise, au mépris des habitant·e·s les plus précaires dépendant·e·s de leur bagnole.

Stopper cette marche en avant forcée est possible. Depuis plus d’un an maintenant, ces habitant·e·s de la métropôle et des environs se révoltent contre la marchandisation du monde. Les gilets jaunes multiplient les sabotages, se réapproprient la rue. Nous avons souhaité célébrer leur premier anniversaire à notre manière.

Poursuivons dans ce sens. Jusqu’au 5 décembre, et après !!!

C’est nous le grand (mechant) matabiau !

Signé : A.S.V.P. Autonomie Solidarité Vandalisme Paillettes


Article publié le 21 Nov 2019 sur Iaata.info