Février 5, 2018
Par Rebellyon
206 visites


Ce mois de janvier est celui de la mise en place dans les universités et les lycées de la plateforme « Parcoursup », et ceci alors que la réforme n’a pas encore été votée par les sénateur-trices et n’est donc pas adoptée !

Les attendus nationaux, déclinés en attendus locaux sont rédigés dans la précipitation et sans consultation réelle des enseignant-es concernés, ni des instances des universités. Ceux-ci vont pourtant être déterminants pour l’accès des bachelier-es aux formations post-bac et pour les réorientations des étudiant-es en cours de Licence. Dans de nombreux cas, ils vont bloquer l’accès des jeunes aux filières de leur choix, leur imposer des remises a niveau qui ne sont pas encore connues ou organisées, mais aussi décourager les candidatures, en particulier des élèves les plus en difficulté. Dans de nombreux cas, la mise en place de capacités d’accueil, la croissance du nombre de bacheliers et la multiplication des vœux (non hiérarchisés) vont transformer la quasi-totalité des filières ouvertes en filières sélectives. (…)

Depuis l’annonce du Plan étudiant par le ministère, notre interfédérale a fait part de son opposition a la réforme, toutes les craintes exprimées depuis cette annonce se révèlent fondées. Cette réforme instaure de fait une sélection pour l’accès à l’université d’une partie des jeunes et à terme pour toutes et tous.

Pour la stopper, empêcher l’instauration de la sélection, conserver un baccalauréat garantissant l’accès de toutes et tous les bachelieres sur tout le territoire aux filières post-bac et aux établissements de leur choix, empêcher une réforme du bac et du lycée qui soit un outil au service de la mise en place de cette sélection, il faut nous mobiliser. C’est pourquoi nos organisations réaffirment :

  • La nécessité de travailler tout au long du parcours au lycée a une orientation choisie, construite, accompagnée et évolutive avec les moyens humains et financiers nécessaires.
  • Le maintien du baccalauréat comme diplôme national et 1er grade universitaire, garantissant l’accès de tous les bacheliers sur tout le territoire aux filières post bac et aux établissements de leur choix.
  • L’exigence d’ouverture massive de places supplémentaires en 1er cycle post bac et le refus de toute sélection a l’entrée a l’université.
  • Le refus de l’instauration de blocs de compétences en lieu et place des diplômes et des qualifications.
  • L’abandon du projet de loi sur 1er cycle post bac et du plan « étudiants » qui l’accompagne, condition pour permettre une réforme ambitieuse qui garantisse le libre accès de chacun au supérieur.

Manifestation conte le plan étudiants et projet Idex.

Mardi 6 février à 14h, place Guichard.

Assemblée générale et rassemblement contre le vote du projet Idex à Lyon 1 à 12h

Assemblée générale à Lyon 2 (site des quais) à 17h

Organisations signataires : CGT FERC SUP, CNT, Sud Éducation, Solidaires Étuidant-e-s, Unef, UNL, Écharde




Source: